Mars 19, 2021
Par Rennes Info
389 visites


Occupants de l’Opéra de Rennes

Nous, membres des syndicats de la CGT spectacle, de la CGT précaire, de l’Union Locale CGT de Rennes, de l’Union Départementale CGT d’Ille et Vilaine, de la Coordination des intermittents et précaires, du collectif « Vivre sans art et sans culture », qui occupons l’opéra de Rennes depuis vendredi 12 mars 2021, avons demandé à rencontrer Madame la Ministre de la Culture Roselyne Bachelot lors de son passage à Rennes hier, jeudi 18 mars.

Nous n’avons obtenu qu’un entretien avec sa cheffe de cabinet. Néanmoins, l’échange nous est apparu de qualité et nous avons pu exposer parfois dans le détail nos revendications.

Lors de cet entretien, nous avons à plusieurs reprises mis en évidence, l’entre-soi qui prévaut dans les habitudes gouvernementales lorsqu’il s’agit de s’adresser à nos professions. Nous avons en particulier dénoncé le manque d’attention portée à nos revendications et à nos propositions. Celles-ci concernent pourtant l’ensemble des artistes et technicien.nes du spectacle et pas seulement une minorité d’entre elles et eux contrairement aux mesures gouvernementales.

Nous avons par la suite appris que Madame Bachelot avait rencontré en personne des représentant.es de festivals, de structures, d’association dans l’après midi. Parmi ielles « Arthur Nauzyciel, directeur du TNB, Béatrice Macé, co-directrice des Trans Musicales, Jérôme Tréhorel des Vielles Charrues, Aude Mignon, de la librairie Le Failler, Malik Diallo, directeur de la bibliothèque des Champs libres, Étienne Bernard, directeur du Frac, mais aussi des représentant.es de Quai des Bulles, du festival interceltique de Lorient, de Danse à tous les étages, des cinémas indépendants 35, Le Fourneau, centre national des Arts de la Rue,… » d’après le journal Ouest France d’aujourd’hui.

Cette différence de traitement est choquante. Elle révèle le mépris que le gouvernement exerce vis à vis de la démocratique sociale et de l’ensemble des professionnel.les du spectacle. Cet entre-soi n’a que trop duré !

De surcroît, Madame Bachelot s’est bien gardé de venir à notre rencontre à l’opéra et aucune forme de manifestation n’était tolérée aux abords de la préfecture pendant toute la durée de son passage à Rennes. Le dialogue social n’est apparemment pas encore une priorité pour le ministère de la Culture. Cela ne peut que nous renforcer dans notre détermination à poursuivre et à étendre notre mouvement.

Rennes, le 19 mars 2021




Source: Rennes-info.org