Décembre 30, 2021
Par Marseille Infos Autonomes
296 visites




« Une fois plaqué le dernier accord de guitare, qu’est-ce qu’on fait ? » (Alessi Dell’Umbria)

Le pari du réseau Rock Against Police s’appuie sur la dynamique sociale très forte qui entoure le rock et la musique au début des années 80, et voit émerger un peu partout des groupes, souvent éphémères, composés de jeunes prolos, banlieusards, français, immigrés. Que se soit à travers le punk, le blues, la soul, le funk, c’est la même urgence qui se retrouve partout où une jeunesse révoltée cherche à affirmer son vécu et ses besoins. Elle explique en partie, avec la défiance vis-à-vis de la police, la diffusion et la reprise de l’initiative Rock against police dans différentes villes françaises.

A Marseille, par exemple, où suite à une série de meurtres policiers, une bande de jeunes punks organise le 5 juillet 1980 un concert dans les quartiers nord de Marseille. Ou encore à Argenteuil, le 25 avril 81, où un concert est organisé en hommage à Djamel, un compagnon de lutte du réseau Rock Against Police, qui avec son pote musicien Mounsi, s’était battu pour l’avènement « d’une culture autonome immigrée ».

Avec : Bruno, Alessi Dell’Umbria et Mounsi.

Musiques : The Ruts, Strychnine, Sex Pistols, The Clash, Mounsi, Chihuahua, Nuclear Device, Duke Ellington, James Brown, Archie Shepp.

Illustration : Concert RAP, Argenteuil, avril 1981

Plus d’infos sur le site dédié : https://rapdocsonores.org/




Source: Mars-infos.org