Jeudi 8 août, Vincenzo Vecchi a été interpellé par les gendarmes chez lui à Rochefort-en-Terre. Il était recherché pour des dégradations lors du G8 de Gènes en 2001. Alors qu’à travers le monde la lame de fond de la contestation prend de l’ampleur, et à quelques jours du prochain G7 et de son contre-sommet, son interpellation est un mauvais signal à toute contestation. Très rapidement un premier comité de soutien s’est constitué dans le village où il vit désormais. Déjà à Brest et à Rennes, d’autres comités sont en cours de création.

Communiqué de presse
Comité de soutien « Vincenzo »: contre son extradition vers l’Italie

Vincenzo, ressortissant italien, a été arrêté le jeudi 8 Août.
Il avait été condamné en Italie à 12 ans d’emprisonnement avec comme chef d’accusation « dévastation et saccage ».

Les griefs qui lui étaient reprochés :
– participation à la manifestation contre le G8 à Gênes en 2001,
– participation à une manifestation anti-fasciste, non autorisée, à Milan en mars 2006.

Il n’était membre d’aucune organisation politique. Vincenzo avait choisi de fuir cette condamnation injuste et disproportionnée. Il vit depuis 8 ans sur notre territoire (Pays de Questembert) et s’est complètement intégré à la vie locale.

Nous nous opposons à ce que l’État français livre « Vincenzo »aux autorités italiennes, qui ne manqueront pas l’opportunité d’en faire un exemple.

Etant donné le contexte actuel en Italie, cette affaire nous apparaît éminemment politique et urgente. Il doit passer devant le juge le mercredi 14 Août. Il est actuellement incarcéré au centre de rétention de Vezin le Coquet, près de Rennes.

Nous sommes un collectif citoyen qui souhaitons rendre publique et se mobiliser contre une procédure d’extradition en cours.
Il serait inadmissible que notre gouvernement, se prévalant d’être le défenseur Européen de l’humanisme et des Droits Humains, cautionne cette discrimination politique.