Il y a des carrefours de paranoïa et des ruelles de naufrage
Des ghettos d’anxiété et des impasses de panne
Vie près de la normalité et tes bons neurones en cage
Il y a de ces quartiers mal famés dans ces quartiers du crâne
Là où il pleut dans la tête où ça attire la moisissure
Rares sont ceux qui coulent dans cette tempête et qui en sortent plus durs
Dédicace aux nomades de l’intérieur parce que ce qui est sûr
C’est que la folie personne n’en revient sans blessure