Octobre 2, 2022
Par Squat.net
205 visites

Roberval (Québec): une lutte victorieuse pour faire avancer le logement abordable pour les Autochtones

Une action particulièrement audacieuse s’est déroulée à Roberval ces derniers jours dans un contexte marqué par les tensions sociales qui avaient été décrites dans un article précédent. Puisqu’un projet de logement abordable pour les Autochtones était mis sur la glace, après plus de deux ans d’attente et faute d’un financement suffisant de la part de Société d’Habitation du Québec (SHQ), le Centre Mamik du Lac-Saint-Jean a organisé un campement sur le terrain du projet pour venir en aide aux Autochtones en situation d’itinérance dans la ville. Composé de deux grandes tentes dotées de matelas installés sur le sapinage, le campement a accueilli et nourri durant cinq jours plus d’une dizaines de personnes de 18 à 75 ans. De grandes affiches étaient installées pour revendiquer le droit au logement des Autochtones. Très tôt, le campement a été déclaré illégal par les Autorités de la ville. Des activités comme une épluchette de blé d’inde et un groupe de drummers ont eu lieu sur le site. Quelques groupes dont le Collectif des femmes immigrantes du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont également venus apporter leur soutien.

Après une tolérance de deux jours au départ, l’action a fait plié le maire qui a dû concéder qu’il n’y avait pas de ressources pour les personnes itinérantes la nuit à Roberval et qu’il s’agissait d’un réel besoin. Par la voix de sa porte-parole, le Centre Mamik se montrait prêt à continuer à camper au-delà de ces deux jours, et même si une menace d’éviction devait planer, tant et aussi longtemps qu’il n’aurait pas gain de cause. Cette détermination a eu raison des Autorités, dont le conseil municipal a finalement décidé, avant le début d’une nouvelle semaine, que le campement serait toléré quelques jours supplémentaires pour des raisons humanitaires. Le campement s’est terminé après la réception de signaux positifs de la part de la SHQ pour le déblocage du dossier.

L’action directe apporte des gains et on peut gager que les institutions telles que le Secrétariat des Affaires autochtones, le Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation et le Ministère de la Santé et des Services sociaux (auxquels le Centre Mamik avait auparavant fait parvenir des demandes en vain) seront plus à l’écoute des besoins exprimés à l’avenir. La construction du projet est une urgence avec l’hiver qui arrive.

« Toute personne qui a pensé, ne serait-ce qu’une fois dans sa vie, devoir réaffirmer un droit, et qui, seule ou avec d’autres, a pris son courage à deux mains pour le faire, a pratiqué l’action directe. » – Voltairine de Cleyre, De l’action directe, 1912.

Un anarchiste du Pekuakami

[Publié le 17 septembre 2022 sur le blog du collectif Emma Goldman.]




Source: Fr.squat.net