L’agression par une ou deux personnes d’un livreur de la cantine Capitaine Bob de Roberval survenue dans la communauté autochtone de Mashteuiatsh suscite actuellement bien des réactions dans le secteur. L’incident qui, en d’autres contextes, serait apparu comme un simple fait divers ou encore comme un geste isolé laisse transparaître la persistance des rapports colonialistes au sein de la communauté allochtone voisine. Le restaurant Capitaine Bob, dont le propriétaire présumait à la radio qu’il s’agissait possiblement « d’Autochtones radicaux », a ainsi, après l’événement, promptement modifié ses politiques concernant la livraison pour y ajouter qu’il ne ferait plus de livraison spécifiquement à Mashteuiatsh après 22 heures.

Ce matin, Louis Arcand, à l’antenne de la station Planète 99.5 de Roberval, a réclamé en onde une intervention du Conseil de bande de Mashteuiatsh pour dénoncer les auteurs de l’incident. Dans un grossier élan de généralisation, il a affirmé que si les Autochtones veulent le respect, ils doivent d’abord respecter les Allochtones. Devoir d’abord démontrer que les Autochtones sont « valides » aux yeux des colons pour obtenir les mêmes droits que les autres… Arcand s’est rendu jusqu’à questionner les auditeurs à savoir si les services de livraison de restauration rapide ne devraient pas être carrément coupés pour la communauté Autochtone.

Puisqu’il faut que cela soit dit : le respect ne se mérite pas. C’est Arcand qui devrait s’excuser d’offrir un tel traitement médiatique à l’incident. Pour moi, ce qui en ressort avec éclat, c’est le privilège Blanc et des rapports de domination colonialiste trop banalisés. Il y a deux poids, deux mesures dans les réactions aux événements… C’est plutôt dans l’indifférence qu’aurait été accueillie la nouvelle de l’agression d’un Autochtone par un Allochtone dans un restaurant ou un bar de Roberval. Il est temps que ça change!

Comment? Des pistes intéressantes sont portées dans l’article « Pour la décolonisation du Nitassinan et l’abolition du colonialisme ».

Alan Gilbert


Article publié le 06 Fév 2020 sur Ucl-saguenay.blogspot.com