Avec du retard, petit compte rendu de l’actualité de la semaine dernière vue sous le prisme déformant de la presse. Rendez-vous sur le pad pour cellEUx qui ont envie de s’occuper des suivantes !

Bilan des blocages de jeudi dernier dans la région selon la presse

Voilà un petit bilan non exhaustif des blocages répertoriés jeudi dernier [1] dans les alentours de Toulouse :

  • la rocade à Rodez,
  • un TGV pendant 40 minnutes à Tarbes,
  • des barrages filtrants en Ariège à Verniolle, Mirepoix, Labastide-de Sérou et Foix,
  • une opération escargot sur la nationale 20 entre Verniolle et Pamiers,
  • la zone logistique de Montbartier près de Montauban,
  • une autre opération escargot sur l’A62 entre Montauban et Toulouse,
  • 15% des vols annulés à Blagnac,
  • à Toulouse,
    • barrages filtrants à l’échangeur de Balma, sur le rond-point devant Freescale avenue Eisenhower (près de Basso-Cambo), sur le rond-point près du métro à Ramonville,
    • blocage de l’accès aux minimes par l’avenue d’Elche,
    • blocage du chantier du centre commercial d’Empalot,

Après que la vidéo montrant une femme se faire molester par un policier à Toulouse soit devenue virale, La Dépêche nous gratifie de son habituel travail de constre-insurrection : “Les images, filmées par un Ben, photographe indépendant parisien, ont été largement relayées sur Twitter par @OneRadex. Pour lui, c’est un devoir citoyen qu’il refuse d’associer à un quelconque réflexe ‘anti-flic’. D’ailleurs, il est le premier à critiquer ‘les deux débiles’ qui ont incendié une voiture de policiers récemment. ‘C’est très bien que cette vidéo fasse des millions de vues, dit-il, mais il faut aussi montrer l’envers du décor.’” Ouf ! Au fait, qui c’est exactement qui associe la captation d’images dans une manif à un réflexe anti-flic ? Quoi qu’il en soit, c’est la vidéo de la bagnole de flics incendiée à Paris qui apparaît en premier dans l’article, suivie de loin par celle qui est pourtant le sujet de l’article.

Un article publié la veille avait préparé le terrain en commençant ainsi : “Etait-ce un mouvement d’humeur après un tombereau d’insultes à l’issue d’une énième journée sur le pont depuis les attentats du 13 novembre 2015 ? Un dérapage, voire une bavure ?” Ou comment excuser un geste avant même de l’évoquer… Bref, pour La Dépêche, attentats terroristes + voiture incendiée = tabassage de citoyenne. Implacable.

Point sur la pénurie de carburant

Mercredi matin, il y avait 52 stations en rupture en Haute Garonne sur environ 130. Vendredi, matin il y aurait environ 116 stations en rupture partielle ou totale. Plus qu’une seule station en rupture en Ariège hier.

Mais bien entendu c’est la surconsommation de consommateur-ice-s toujours aussi irresponsables qui entraînerait la pénurie : “les dépôts ne sont pas bloqués, en réalité, on manque de camions-citernes pour le transport, du coup il y a des retards“.

Pas de blocage pour le moment des dépôts de carburant de Fondeyre et Lespinasse qui desservent la métropole.

C’est pas la même échelle temporelle, mais la situation est aussi critique dans le sud-ouest en ce qui concerne l’approvisionnement en eau ! Jeudi, lors des assises régionales de l’eau, le patron du groupe BRL [2], a rassuré d’une seule parole les élu-e-s et autres technocrates présent-e-s : “Si on change les usages, on peut envisager un horizon à 30 ans.” Ouf. Cela grâce à l’exploitation entre autres de “poches d’eau souterraines“. Aller, on creuse, on creuse encore, et après le gaz de schiste, dans 100 ans, c’est de la lave qui coulera au robinet peut-être ?

La réaction s’organise

Face au durcissement du mouvement, les différents lobbys portes-paroles de la violence systémique font entendre leur voix. La CCI [3] de Toulouse appellele gouvernement à faire cesser au plus vite ces mouvements“, tandis que l’assemblée générale nationale des CCI avait le 24 mai averti qu’elle “attend du gouvernement qu’il prenne toutes les dispositions nécessaires pour que la libre circulation des personnes et des marchandises soit assurée et que l’image de la France comme son attractivité soient préservées“.

Un peu plus réjouissant : pour Valérie Jimenez, patronne d’une société de transports, “c’est une angoisse car nous ne pouvons pas nous permettre des journées sans travail”. Niark niark.

Le Monde Economie tente de nous apitoyer sur nos chères PME [4] qui seraient les “les premières victimes de l’épreuve de force entre la CGT et le gouvernement autour de la « loi travail » (oui, car selon le storytelling en vigueur, le mouvement social que traverse la France n’est bien sûr qu’un vulgaire règlement de compte entre la CGT et le gouvernement !) Exemple avec cette TPE [5] toulousaine qui refourgue des biscuits à la grande distrib’ : “« Une partie de ma marchandise est bloquée en entrepôts depuis le début de la semaine, je risque des pénalités de retard sur 15 % à 20 % de mon chiffre d’affaires », explique la jeune femme. Mais ce qui la rend « hystérique » est ailleurs : « J’avais embauché deux jeunes en CDD, que je pensais prolonger jusqu’à fin juin. Dans les conditions actuelles, je vais arrêter leur contrat à la fin de cette semaine. »”

Le travail, c’est la santé ! La preuve : encore un mort sur un chantier cette semaine du côté de Pibrac. En fait, un demi-mililer de travailleur.ses meurent tous les ans pour enrichir leur patron… et tout le monde s’en fout ! #JeSuisOuvrier ?

Techno-dissection

Amusant, suivant les lobbys locaux, les différentes rédactions de la dépêche écrivent des articles toujours biaisés mais dans des sens totalement contradictoires. Exemple concernant les compteurs linky ici et ici. Moins amusant et aussi peu surprenant : le projet de ligne LGV [6] Bordeaux-Toulouse, estimé à 8-9 milliards d’euros, a été validé jeudi par le conseil d’état.

Cette semaine, c’étaient les journées “Made in Viande“, portes ouvertes de la filière viande, grande fierté de notre chère République Viandaise. Des apprentis bouchers on pu visiter la cuisine centrale de Saint-Gaudens. Les abattoirs bien sûr n’étaient pas sur la liste des lieux ouverts au public, même si celui d’Auch souhaite “redonner aux consommateurs l’habitude de manger de la viande“. C’est vrai qu’il y a un peu de laisser aller, mais plus pour longtemps, puisque “alors que le seuil d’équilibre était fixé à 4800 tonnes, [l’abattage atteint] 6000 tonnes“. Liberté, petit pâté, fricassée !

La saison de chasse s’est clôturée la semaine dernière en Midipy avec cadavres de chevreuil et sanglier au menu aux banquets de Labourgade (81) et Moncrabeau (47), ainsi que des assemblées à l’ambience survoltée dans l’Aude, d’après les photos, à Puichéric, à Montréal et à Couiza. Avant la réouverture en septembre, pas de repos pour les chasseurs puisqu’ils “œuvrent toute l’année à travers leur réseau d’adhérents bénévoles pour la gestion de la faune sauvage et de ses habitats.“. Rien d’étonnant, puisque ces gens sont “animés d’un altruisme à toute épreuve, seulement guidés par leur passion“. Et oui, la COP21 [7] n’a pas inventé le greenwashing [8]

Des prisons

FO Pénitentiaire [9], réuni en conseil syndical interrégional mercredi à la mairie de Lannemezan, demande “une vraie classification des établissements pénitentiaires pour avoir une gestion plus cohérente des détenus, suivant les profils“, en particulier pour lutter contre la “radicalisation des détenus“, ainsi que “des moyens financiers alloués aux techniques de sécurité : portiques, scanners, brouilleurs de téléphones portables“.

Dans l’Aveyron la lutte contre l’âgisme [10] progresse à coup de milliers de bouchons en plastique collectés avec beaucoup de patience par le conseil municpal des enfants de Bozouls, tandis que dans le Tarn la gendarmerie leur délivre des permis piétons, histoire de nous rappeler qu’être un-e enfant et pouvoir se ballader dans la rue, c’est loin d’être une évidence.

L’expulsion de l’immeuble occupé aux Izards par des exiléEs syrienNEs a eu lieu mercredi. 92 ont été relogées dans une résidence sociale Adoma, située dans le quartier de la Vache proche des Izards, 21 ont été conduites dans des hôtels et 10 dans un CADA (centre d’accueil pour demandeur d’asile). “L’évacuation et la prise en charge avaient été préparées de longue date, en lien avec l’association France Horizon, la Croix Rouge et l’Office français d’immigration.“.

Et pour finir, à Pezens, dans l’Aude, le concours de belote de vendredi 20 mai a vu la victoire de Roger Véziat associé à Yves Bourdil, avec 6230 points.


[1] une stratégie ancienne et souvent efficace, comme le rappelle ce post

[2] groupe mixte public-privé qui gère le réseau d’eau en région Languedoc Roussilon Midi Pyrénées et qui est en train de construire un aqueduc géant appelé Aqua Domitia pour amener de l’eau du Rhône jusque dans l’Aude

[3] Chambre de commerce et d’industrie

[4] Petites et Moyennes Entreprises

[5] Très Petite Entreprise

[6] ligne à grande vitesse

[7] mascarade internationale sur le changement climatique qui a eu lieu en décembre dernier à Paris

[8] “repeindre en vert” les actes destructeurs de l’environnement pour leur donner une légitimité dans les medias de masse

[9] Syndicat de “personnel de surveillance” de prisons, plus couramment appelé-e-s maton-ne-s, qui ont apporté le 19 mai un soutien total à leurs “homologues policiers“, victimes de “la hargne et la loi des casseurs

[10] Lutte contre les privilèges liés à l’âge, et en particulier pour l’émancipation des enfants des situations d’enfermement, de harcèlement, et de punition qu’iels subissent au quotidien




Source: