Comme chaque semaine, beaucoup de raisons de se révolter, si il en fallait encore. Si toi aussi tu déprimes en lisant la presse, ne portes pas seulE ce fardeau, partage le avec nous : https://lite6.framapad.org/p/revuedestress-iaata

Des rassemblements plus ou moins méchants

Le weekend dernier, les médias français se sont indignés des vagues de répressions policères en Egypte : http:/abonnes.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/05/14/egypte-prison-pour-51-manifestants-anti-sissi_4919862_3218.html‘>”Plus de 150 manifestants [ont été] condamnés pour avoir participé a des manifestations contre le pouvoir” révèle Le Monde. Des peines de prison ferme pour « manifestations sans autorisation » et « attroupements » : “Ils avaient été arrêtés le 25 avril au cours ou en marge de petites manifestations à l’appel de mouvements d’opposition laïques et libéraux (…) nombre de condamnés ont été arrêtés dans la rue ou des cafés alors qu’ils ne participaient à aucune manifestation. s’insurge le journal, qui précise que depuis un décret présidentiel devenu loi à l’automne 2013, toute manifestation ou rassemblement qui n’a pas été expressément autorisé par le ministère de l’intérieur est illégal en Egypte. Pire, on apprend que “les forces de l’ordre avaient lancé, dans les jours précédents, une importante vague de rafles préventives dans les milieux des mouvements de jeunes opposants”.

Triste ironnie du calendrier, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve annonçait avec fierté le lendemain le bilan de la répression contre la Loi Travail “1.300 interpellations, 819 placements en garde à vue et 51 condamnations dans le cadre de comparutions immédiates” depuis le début du mouvement. Nous rappelerons que nous pouvons compter parmi ces condamnations des peines de prisons ferme :5 et 6 mois pour des manifestants lillois et rennais, 6 et 8 mois à Paris , ou encore 5 et 6mois à Marseille.Quand il ne s’agit pas, un peu partout en France, d’interdire à des militant-es, ou à d’émminement dangereux photo-journaliste ] de manifester, les préfectures n’hésitent plus à interdire carrément les manifestations pour risque de trouble à l’ordre public . Trouble avéré ou non, le risque en tous cas pour celles et ceux qui s’aventureraint à braver l’interdit est en revanche très clair : six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende. Qu’il fait bon vivre en démocratie !

Mercredi matin, plus de 500 personnes dans la queue du Starbucks juste avant son ouverture à 7h du matin mercredi, un nombre de clients “record” en France, se félicite le gérant . “Il faut dire que Starbucks avait prévu d’offir un “mug personnalisé” aux 300 premiers clients !On peut se lever tôt pour ça !” nous rappelle une cliente, qui fait partie de ces impatientEs en place depuis 6h pour ne rien rater à l’évènement. Notre Maire adoré y a également fait un saut, et les journalistes de France 3 régions n’ont pas manqué d’immortaliser ce dernier qui, tout sourire, posait avec son mug “Jean-Luc”.

Comme partout en France, près de 200 policièrEs se sont rassembléEs ce mercredi à Toulouse pour dénnoncer la haine anti-flics. Didier, de l’Unité SGP-Police FO nous apprend que « 350 policiers ont été blessés en France depuis le début de ces derniers mois et 11 à Toulouse depuis 2 mois ». Heureusement que cette info est relayée par la presse car nous n’avions, de notre côté, observé aucun affaiblissement des rangs ! mais dis-nous Didier, un policier blessé, il a le crâne ouvert, un bras cassé ou un oeil en moins ? Dans un affrontement entre un CRS avec armes létales, gilet pare-balles, bouclier, et unE manifestantE muniEs accessoirement d’une écharpe et de lunettes de plongée, qui est réellement en danger ? Et même si ces dernierEs ont un cailloux ou un bombe de peinture dans les mains, le rapport de force change-t-il pour autant ? Souviens-toi, par ici on recense 26 morts liées aux violences policières ces dernières années, par des centaines de manifestantEs, lycéenNEs, retraitéEs, syndicalistes blesséEs, parfois mutiléEs, pour avoir défilé dans la rue ces dernières semaines. Alors certes, comme tu le constates, “les propos anti-police ne cessent de se répandre”… surprenant ?

La préfecture a perdu une bonne occasion de mesurer avec un peu plus de précision ladite haine, tant les personnes qui prévoyaient de se retrouver à Compans-Caffarelli pour dénoncer les violences policières ont été intimidées par la forte présence policière, les contrôles, les menaces, les confiscations de banderoles. On ne saura jamais combien elles auraient été ni ce qu’elles auraient fait sans toute cette pression. Pendant ce temps là de l’autre côté de la ville, “Nuit Debout” et l’intersyndicale etaient recus à la préfecture en marge d’un rassemblement à l’odeur gerbante de hot-dogs et de collaboration. Mais heureusement, comme l’a bien dit Cédric Caubère, porte parole de la CGT 31 : malgré ce que dit le préfet, les vrais casseurs courent encore les rues.

Alerte ! un tag “ACAB” a été retrouvé jeudi matin sur le mur du commissariat de Saint Cyprien . Il s’agirait, selon la Dépêche, d’un acronyme “hostile à la police” : de notre côté, nous déplorons que le journal toulousain se permettent ce genre de conclusions hâtives.

En fin de semaine, la dépêche a fait tout un foin autour d’un rassemblement contre un squat. Au plus fort de la mobilisation, c’est tout de même 16 personnes qui exprimaient leur haine et leur attachement à la propriété privée… ce qui a quand même donné lieu à un autre gribouillis, puis encore un autre où les propos de la personne interviewée sont clairement instrumentalisés pour dénoncer le squat… De quoi s’inquiéter un peu si on se souvient d’une autre affaire qui, en mai 2015 à Rennes, avait débuté de facon similaire par une manipulation médiatique.

Pendant ce temps, selon une estimation de la préfecture réalisée en 2013, la ville de Toulouse compterait 4 344 logements « réquisitionnables », et la Haute-Garonne ne respecte pas la loi concernant les terrains d’accueil pour les gens du voyage.

Qui a la plus grosse métropole ?

Comme chaque semaine, on vous tient au courant des derniers coups portés au pinceau de fer de Toulouse Métropole sur le triste tableau impressioniste dans lequel on vit piégÉes.

D’abord, avancées du côté du nouvel éco-quartier de la cartoucherie avec la livraison des premiers bureaux. Si vous aussi vous lover votre city, dites le au monde entier ! Et si vous vous sentez enclavéEs dans l’est de Toulouse, détendez-vous, vous serez bientôt désenclavéEs grâce à un nouveau bout d’autoroute.

Dans l’hypercentre par contre, l’étau du silence se resserre… sauf peut-être place Saint-Pierre, parce qu’il faut quand même garder un défouloir pour les étudiant-e-s de peur qu’iels réfléchissent trop sur leur propre situation.

Prisons

La première “miss élégance Tarn” sera élue le 1er octobre à Carmaux, et devra bien sûr, “afficher fièrement sa nationalité française sur sa carte d’identité“.

Une marche blanche a été organisée à Bagatelle suite à la mort suspecte de Kader Mahi à la prison de Seysse. Selon l’administration, il serait mort par pendaison. Sa famille, elle, réclame des explications sur les traces de coups qu’elle a constaté notamment au niveau de l’arcade.

Et pour terminer, on salue les deux personnes qui ont fini en gardav pour s’être offert une bouffe au restau, qu’ils ont même pas eu le temps de terminer…




Source: