Octobre 24, 2021
Par Cerveaux Non Disponibles
375 visites


Il y a environ trois semaines, des organisations indigènes ont convergé vers Ascunion, capitale du Paraguay pour protester contre une loi visant à criminaliser la reprise de leurs terres, notamment face aux grands propriétaires.
Complice du régime en place, il est important de rappeler le rôle désastreux de l’industrie agro-alimentaire, situé en pleine “route du Soja”, le Paraguay paie un lourd tribut des effets dévastateurs de la déforestation, de la pollution des sols, et aussi de l’air dans les villes, nous pouvons aussi citer le braconnage et le trafic d’animaux sauvages qui sont monnaie courante . Quatrième exportateur de soja au monde (à 98% OGM), sixième exportateur de viande, un sol riche en matières premières, surexploité et une déforestation qui se chiffre à plusieurs millions d’hectares perdus, le Paraguay est un exemple quasi caricatural des conséquences du capitalisme, des dérives de l’agrobusiness et de l’impérialisme américain.

Le président paraguayen actuel, Mario Abdo, membre du parti Colorado de droite ultra  conservatrice,  a entrepris d’adopter une loi face aux opposants indigènes bien décidés à reprendre leurs terres confisquées consécutivement par tous les différents dirigeants issus de ce parti. La démarche des indigènes étant par ailleurs de proposer autre chose que la vision de l’agriculture intensive, à l’instar d’autres pays d’Amérique du Sud global (mouvement des sans terres). Les régimes consécutifs ont chassés les paysans de leurs terres au détriment de l’agrobuisness et ses ravages, Oxfam chiffre à environ 900 000 (certains parlent même d’un million) le nombre de paysans expulsés de leur terre sur ces dix dernières années. Ceux ci finissant le plus souvent par vivre en périphérie de la capitale dans des bidonvilles ou des logements délabrés. C’est à dire un septième du pays qui compte un peu plus de 6 millions d’habitants. C’est dans cette dynamique d’opposition au régime coloradiste, qu’ont émergé des appels à bloquer les routes et à la grève.

Pour essayer de comprendre un peu mieux de quoi ces révoltes peuvent être le nom, et dans quel contexte elles interviennent, il est important de souligner le rôle du parti Colorado dans la construction moderne de ce pays. Situé à l’extrême droite, celui-ci gouverne le pays d’une main de fer depuis 1947 à l’exception de la période entre 2008 et 2013, le parti étant en proie de manière récurrente à des luttes internes et des règlements de comptes crapuleux entre hommes d’affaires peu scrupuleux.

Durant son règne, le dictateur Alfredo Stroessner, au pouvoir de 1954 à 1989, a mené une politique d’expropriation des terres : on estime que deux tiers des terres ont été confisquées durant la dictature, aboutissant parallèlement à l’exil forcé de certaines minorités indigènes, notamment les Aché, sédentarisés de force. Comme trop souvent en Amérique, on parle de meurtres, enlèvements d’enfants indigènes et une perspective d’avenir morne en travaillant dans des conditions proches de l’esclavage.
Presque deux millions de personnes auraient choisi l’exil sous le règne de Stroessner, soit presque un tiers du pays.
Si la législation actuelle promet des élections censées être libres depuis 1993, le parti au pouvoir bénéficie d’un appareil politique structurellement très fort, véritable forteresse soutenue par les occidentaux, USA en tête, par des puissances régionales dont les régimes sont proches, notamment le Brésil et le Chili comme durant les années de dictature et du secteur de l’industrie agroalimentaire dont dépend une partie de l’économie.

Le Paraguay est probablement l’un des pays les plus à droite d’Amérique du sud ayant étouffé dans l’oeuf  toute tentative même idéologique tendant vers le progressisme. Cela s’est fait comme partout en Amérique du sud global, par la torture, les enlèvements et les assassinats politques.
Il aura fallu attendre 1994 pour retrouver des mouvements sociaux importants accompagnés de grèves.

Démographiquement, les peuples indigènes (Guaranis, Aché, Ayoero et autres…) représentent 5% de la population, 93% de la population est considérée comme “métisse”, ayant des origines indigènes et de conquistadors, pour un pays d’environ 6 millions d’habitants, auquel il faut additionner une diaspora importante notamment en Argentine, parfois appelée de manière péjorative « Paraguas ». Environ 90% de la population parle couramment le Guarani (langue indigène), elle est enseignée au même titre que l’espagnol, la population est très largement bilingue et fière de ses racines autochtones.

Les appels à la grève et aux blocages semblent avoir échoué pour le moment et il y a peu de chances que le pays bascule du jour au lendemain. Cependant, l’actuelle dynamique portée par des révoltes à l’échelle de tout le continent, mais aussi des résultats électoraux d’envergure pour la gauche,  du Mexique au Chili en passant par la Colombie, la Bolivie, l’Equateur ou le Pérou, et l’amplification des mouvements de réhabilitation et de prise de conscience de l’histoire des peuples premiers, auront peut être une influence sur la suite des événements, d’autant plus dans un pays qui a toujours revendiqué une part de l’indigénisme. Enfin, on peut aussi rappeler que des mouvements sociaux assez inhabituels avaient déjà secoué le pays en 2020.




Source: Cerveauxnondisponibles.net