Janvier 14, 2022
Par Manif Est
269 visites


Dégrader encore nos droits à la retraite – réforme systémique (retraite à points) présentée comme « système de retraite universelle » – tel était le but du projet de 2019 mis en suspens par notre lutte de décembre 2019/janvier 2020 et par le COVID.

Cette attaque prolongeait les dégradations en continu depuis 1992 : dans le privé, c’est alors le passage à 40 annuités avec calcul sur les 25 meilleures années. En 1995, 2003, 2010, malgré nos luttes de dimensions exceptionnelles, nos droits à la retraite se sont fortement dégradés tant dans le privé que dans le public. Sous Hollande, 2014 enregistrait un nouveau recul, défaite sans bataille (43 annuités, départ à 62 ans minimum) !

L’extrême centre et la droite extrême programment de nouvelles attaques dès le 2ème semestre de 2022. Si la retraite par points semble abandonnée, tout converge vers un recul de l’âge de départ. Edouard Philippe parle de 67 ans.

Les élections du printemps prochain s’annoncent calamiteuses pour les partisan·ne·s du progrès social. Nous n’avons plus dès lors d’autre choix que de programmer notre riposte. Nous organiser pour gagner cette fois-ci !

Si l’intersyndicale Solidaires-CGT-FSU-FO a assez bien fonctionné, nous devons booster, démultiplier le système unitaire à la base, dans les cantons, petites villes, ronds-points et bassins d’emploi, inter-pro et public/privé, valoriser l’auto-organisation, créer partout des comités de défense des retraites. Pour débattre aussi du système universel que nous voulons. Nous y reviendrons.

Article paru dans SUD éducation Lorraine Info n°46, janvier 2022




Source: Manif-est.info