Août 4, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
171 visites


Dans la nuit du 25 au 26 juillet dernier, le Parlement, à moitié vide, a voté au pas de charge la loi sur la gestion de la crise sanitaire.

Cette loi, qui sera examinĂ©e par le Conseil constitutionnel le 5 aoĂ»t prochain pour ĂȘtre Ă©ventuellement appliquĂ©e Ă  partir du 9, Ă©tend entre autre l’usage du pass sanitaire.

Les salariĂ©-es du commerce, des services et de la restauration, que nos syndicats reprĂ©sentent, risquent d’ĂȘtre particuliĂšrement impactĂ©s par cette mesure :

- obligation de prĂ©senter un pass au 30 aoĂ»t sous peine de suspension du contrat de travail et de la rĂ©munĂ©ration puis, le cas Ă©chĂ©ant, de licenciement,

- possibilitĂ© de rompre de maniĂšre anticipĂ©e un CDD de ce fait,

- tout pouvoir donnĂ© aux prĂ©fets pour restreindre l’accĂšs aux centres commerciaux,

- prĂ©sentation d’un pass au restaurant y compris en terrasse, Ă  l’hĂŽpital (sauf urgence), pour les transports longue distance ou les enfants de 12 Ă  17 ans,

- fin du remboursement des tests etc.

Pour ne rien arranger, des employeurs sont plus royalistes que le roi (Macron) en donnant des directives au mieux anticipées, au pire illégales et les tensions entre collÚgues et la clientÚle ne vont pas manquer de surgir.

La vaccination, qui doit se faire sur le temps de travail, ne doit pas faire oublier le respect des gestes barriĂšres, le port du masque et le recours aux jauges et Ă  la gestion des fluxs en magasin que beaucoup d’entreprises nĂ©gligent depuis le dĂ©but de l’épidĂ©mie.

Notre santĂ© ne passe ni par la coercition, ni par la dĂ©fiance les uns envers les autres mais par la responsabilisation de chacun-e et la solidaritĂ©… ainsi que des moyens pour l’hĂŽpital plutĂŽt que de supprimer des postes et des lits !

Vendeurs, caissiers, serveurs, livreurs, agents d’accueil, de sĂ©curitĂ© et d’entretien, nous sommes toutes et tous concernĂ©s




Source: Solidaires.org