Septembre 24, 2021
Par Expansive
266 visites


Ce mercredi 22 septembre au matin, un convoi de tracteurs, voitures et vélos se dirige vers Niort, chef-lieu des Deux-Sèvres (79).

La raison de cette convergence ? Un appel de la Confédération Paysanne, des Soulèvements de la Terre et de Bassines Nonmerci, pour arrêter les projets-pilotes de méga-bassines dans le Marais Poitevin avant qu’il ne soit trop tard.

Rejoins par d’autres tracteurs locaux, le convoi se gare le long de la grande place publique niortaise, la Place de la Brèche, au centre de la ville. Un repas est partagé et des banderoles sont déployées ;

  • ”Décroissance ou chocolatine ?!”
  • ”Les coopératives agro-industrielles tentent de faire main-basse sur l’eau”
  • ”FNSEA Tout part à vole eau”

Les drapeaux de la Confédération Paysanne flottent dans le vent, ainsi que ceux d’Extinction Rebellion France, d’Attac France, et de syndicats comme la CGT Confédération Générale du Travail ou Union Syndicale Solidaires.

Devant la foule, les prises de parole s’enchaînent :

”On peut choisir entre un modèle agricole qui détruit nos ressources, et un modèle agricole qui veut relocaliser, nous nourrir en qualité et rémunérer ses paysans. Ce qui est en train de se passer ici, c’est un vrai hold-up sur l’eau, par une minorité d’agriculteurs, par un seul et unique modèle agricole, pour complètement continuer à détruire notre environnement, nos territoires.”

Nicolas Girod, porte parole national de la Confédération Paysanne

”S’adapter au changement climatique, ce n’est pas pomper le peu d’eau qui reste dans les nappes phréatiques, ce n’est pas construire des bassines de 15ha juste pour continuer la culture du mais irrigué.”

déclare aussi une participante aux Soulèvements de la Terre.

Julien, porte parole de Bassines Nonmerci annonce un appel national et européen, à converger le 6 et 7 novembre à Niort, en posant un ultimatum à Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

”La violence est le fait de ceux qui depuis 50 ans ont ravagé notre territoire et veulent nous proposer un désert à la place d’un bocage, si les travaux ne cessent pas dans les heures qui viennent, la guerre de l’eau sera ouverte”

🚜🐑Puis tout les manifestant.e.s quittent la place et c’est soudainement 600 personnes, 20 tracteurs et 30 moutons qui envahissent le chantier de la première méga-bassine à Mauzé-le-Mignon pour stopper net les travaux de construction de la première méga-bassine en cours.

Paysan-ne-s, habitant-e-s comme militant-e-s du climat, nous faisons front ensemble pour stopper ces projets aberrants de méga-bassines. Nous prévenons les autorités comme les porteurs de ces projets de méga-bassines : notre désobéissance n’en est qu’à ses débuts, et nous irons aussi loin qu’il le faudra pour stopper ces chantiers.

🔴Bassines non merci appelle ainsi d’ores et déjà à une nouvelle mobilisation nationale contre les méga-bassines les 6/7 novembre et à d’autres actions dès les prochains jours et les prochaines semaines.

✊No bassaran !




Source: Expansive.info