Comme ça n’a été relayé nulle part, voilà comment s’est passé un des rassemblements du 18 Mai pour dénoncer les violences policières, le jour de la protestation des keufs contre la soi-disant “haine anti-flics”.

Face à l’opération de comm’ de l’État et de son bras armé, ils nous semblait nécessaire à ce rassemblement de rappeler qu’au quotidien la police harcèle, contrôle aux faciès, humilie, méprise, mutile et assassine.

Entre meufs principalement, on a décidé de s’organiser et de manifester en face de leur attroupement de flics fragiles.

Pour être visibles, on avait avec nous des pancartes et banderoles rappelant notamment les crimes policiers.

Très vite, une dizaine de bakeux sont arrivés pour essayer de nous intimider. Ils ont tenté fouilles, contrôles d’identités, et de prendre nos pancartes. Face à ça on avait décidé, à l’avance et stratégiquement, de ne pas répondre à leurs questions et provocations, et de tenir le plus longtemps possible. Au bout d’une quarantaine de minutes elles nous ont été arrachées des mains et confisquées.

Il ne faut surtout pas oublier que pendant qu’ils se plaignent de ne pas être aimés, d’autres luttent au quotidien contre la machine policière, judiciaire, administrative, qui détruit toujours dans l’indifférence générale.

Des non lieux, des dossiers classés sans suite, criminalisation des victimes, tout ça avec la complicité de la justice et des collègues qui couvrent.

Tant que l’Etat et ses sbires existeront on luttera et on s organisera.


Face aux violences policières : Autodefense populaire !

Vérité et justice pour toutes les victimes de crimes racistes et sécuritaires !











Source: