120274920_3618342344852218_7487342466381063996_n-medium

On regrette que l’un des tĂ©moins convoquĂ©s ne se soit pas rendu Ă  la convocation malheureusement alors mĂȘme qu’il avait vue la scĂšne au moment des fait et on dĂ©plore Ă©galement la non convocation d’un tĂ©moin clĂ© qui est un tĂ©moin direct et qui avait filmĂ© puis appelĂ© les pompiers, c’est pourtant le premier tĂ©moin que nous avons envoyĂ© au commissariat pour quel fasse une dĂ©position chose qu’elle avait faite donc nous ne comprenons pas qu’un tĂ©moin direct aussi important n’est pas Ă©tĂ© convoquĂ©.

On espĂšre qu’elle pourra au moins ĂȘtre entendue par le Procureur dans les jours Ă  venir, en tous cas on va faire le nĂ©cessaire pour.

Merci aux deux personnes du breil qui on courageusement témoigner.

On espÚre que la vérité éclatera et que les policiers avouent tous et non des morceaux de vérité étalés sur des années.

______

Un collĂšgue du CRS, prĂ©sent le soir des faits, a mĂȘme rapportĂ© ses derniers mots. Des mots que Soriba n’avait jamais entendus. Vous m’avez tuĂ©. C’était sans doute le moment le plus difficile pour moi, aujourd’hui, souffle-t-il.”

Source: ouest france.

Les derniers mots d’Aboubacar Fofana “Vous m’avez tuĂ©”.


Article publié le 28 Sep 2020 sur Nantes.indymedia.org