323 visites


Le vendredi 10 avril avait lieu, comme il y a deux ans déjà une marche féministe non-mixte sans mec cis, à l’appel d’un collectif de femmes constitué pour la marche.

10384597_790216857722695_7623117705089316923_n

Ainsi, nous étions plus de 400 femmes à défiler de la place de la Croix Rousse à la place Raspail en passant par les quais du Rhône. Le motif principal était la réappropriation de l’espace public  la nuit : « La rue ,la nuit, nous appartient !».

En effet, bien que la joie et la bonne humeur étaient de mise ce soir là, il semble que la colère et le ras-le-bol, étaient bien présents dans le sentiment général. Nombreuses ont été celles, qui ont exprimé la rage d’avoir à contenir cette oppression constante et l’envie de marcher libre sans qu’un homme inconnu face référence à leur sexe pour les aborder. Les femmes veulent avant tout être considérées comme des être humains et avec respect.

On peut tout de même regretter, que la lutte ait été centrée sur le seul sexisme de rue, et que le slogan « Femmes agressées, lycéennes exclues, Islamophobie, nous ne nous tairons plus », ou les slogans concernant les luttes LGBT , n’aient été que très peu repris, alors que la situation des personnes Transes est toujours plus invisibilisée et que les femmes musulmanes, subissent la double oppression du sexisme et du racisme.

Nous considérons que le Féminisme ne doit en aucun cas être un féminisme individualiste, où les femmes se contentent de dénoncer leur oppression propre. Le Féminisme est l’affaire d’une solidarité entre toutes et ce même au delà des frontières !

10675682_797864870291227_936776486365480442_n

Notre féminisme est solidaire de toutes les luttes des oppressées, il est intersectionnel et révolutionnaire. Il ne se contente pas de dénoncer les harcèlements de rue de manière élitiste et classiciste en ciblant les franges les plus précarisées et discriminées du patriarcat à la manière du féminisme blanc, bourgeois et mainstream, mais en s’indignant de toutes les problématiques liberticides et oppressives à l’encontre des femmes.  Il s’articule avec les luttes anti-capitaliste, anti-coloniale, anti-raciste et anti-validisme.

Ce qui est à regretter également est le dénis médiatique autour de cet événement. Le seul article que l’on trouve à ce jour sur la toile est un article du Progrès, qui fait sans minimiser 5 pauvres lignes : « Vendredi soir, à l’appel d’une organisation lyonnaise, avait lieu comme tous les deux ans, une marche féministe non mixte contre le système patriarcal. Le cortège parti de la Croix-Rousse devait rejoindre la place Raspail (Lyon 7e), lorsque sur les quais, les manifestantes ont été chahutées par des ados. L’un d’eux a poussé le bouchon trop loin en jetant en leur direction une cannette. Il a été placé en garde à vue. ».

11150303_797859486958432_6523797121131647446_n

Étayons un peu le propos de ce « journaliste ». En arrivant sur les quais, un groupe d’hommes se sentant certainement mal à l’aise de voir tant de femmes défiler, se sont sentis obligés de montrer leur virilisme, et ont tenté d’infiltrer le cortège, de façon agressive et insultante. La réplique fût simple et efficace : Autodéfense féminine et solidaire !!!!! Nous nous sommes faites gazées rapidement par les chiens de garde du machisme, cela ne nous a pas empêché de finir notre Marche et de crier toujours plus fort notre ras-le-bol face aux violence sexistes.

« Fières,Fortes et bien vénères »

Des meufs comme tant d’autres.




Source: