Novembre 23, 2020
Par Union Communiste Libertaire Poitiers
228 visites


Crédit : NPA Vienne

Ce samedi 21 novembre, nous étions entre 1500 et 2000 à répondre à l’appel unitaire (dont l’UCL Poitiers) à se rassembler pour protester contre le projet de loi relative à la sécurité globale. De très nombreuses associations, organisations politiques et syndicats étaient présentes aux côtés de Gilets Jaunes et de manifestant-es sans affiliation pour s’opposer à cette loi qui constitue une nouvelle étape dans l’escalade sécuritaire et liberticide, en rognant encore un peu plus sur les libertés fondamentales qui sont indispensables à une société se définissant comme un tant soit peu démocratique.

Ainsi, dès 15h, plusieurs centaines de personnes occupaient déjà la place d’armes qui s’est ensuite considérablement remplie. Dans la fraîcheur automnale mais sous un Soleil radieux, l’ambiance était clairement joyeuse malgré les tristes circonstances justifiant ce rassemblement : nous étions visiblement heureux de pouvoir nous retrouver dans la rue, renouer des liens, discuter du quotidien par temps de Covid-19 qui pèse tant sur le moral, mais aussi partager notre colère face à cette injustice sociale qui s’aggravent et notre révolte en voyant cette lente (mais constante) dérive de notre société vers une société placée sous le signe de la police et du contrôle des masses populaires.

Crédit : NPA Vienne

La Ligue des Droits de l’Homme n’avait déclaré qu’un rassemblement mais nous nous sommes rapidement senti-es à l’étroit sur cette place. Après quelques prises de paroles et un ou deux tours de place, une tête de cortège jeune et dynamique a finalement réussi à entraîner dans son sillage les trois quart des personnes présentes sur la place pour s’engouffrer dans la rue des Grandes Écoles. Après une déambulation joyeuse mais revendicative dans le centre et une étape devant un commissariat fermé, le cortège est repassé par la place d’armes pour ensuite se diriger vers la préfecture où nous attendaient quelques voitures de police. En dehors des 5 ou 6 cagoulés de la BAC qui nous ont suivi comme des toutous (ils devaient avoir envie de se dégourdir les pattes, eux aussi !), la police s’est plutôt fait discrète à Poitiers et aucun accrochage n’est à déplorer. Après un dernier temps devant la préfecture à saluer les uniformes au son de « A bas l’État, les flics et les fachos », le cortège est finalement retourné devant la mairie pour se disperser dans le calme.

Bien que cette manifestation soit une réussite, nous ne nous faisons pas d’illusion sur l’issue de cette bataille : le gouvernement ne cédera pas pour si peu. Il nous faut maintenir la pression, continuer de se battre en développant la solidarité et nos collectifs de lutte, si l’on ne veut pas se réveiller, demain, dans une méchante dystopie policière…

Crédit : web86.info




Source: Uclpoitiers.noblogs.org