Juillet 4, 2022
Par Basse Chaine
243 visites

Plus de 700 personnes ont r√©pondu √† l‚Äôappel de l‚Äôacte 4 de la 3e saison des Soul√®vements de la Terre avec la T√™te dans le Sable. Retour sur la manif‚Äôaction de Saint-Colomban pour s‚Äôopposer √† l‚Äôextension des carri√®res de sable. On en a aussi profit√© pour d√©monter l‚Äô√©cluse ill√©gale d‚Äôun mara√ģcher industriel !

Les manifestant¬∑es se sont donn√©¬∑es rendez-vous dimanche 3 juillet √† 11h pour partager un pique-nique sous un soleil radieux. Malgr√© les fouilles et la prise d‚Äôidentit√© syst√©matique des arrivant¬∑es par les gendarmes, une ambiance joyeuse, festive et revendicatrice r√®gne au campement.

Une trentaine de tracteurs ont été mobilisés

Il s’agit de la seconde manif’action des Soulèvements De La Terre avec l’association locale la Tête Dans Le Sable. Celle de juin 2021 avait réuni plusieurs centaines de personnes pour s’opposer à l’extension des carrières de sable des industriels GSM et Lafarge. Ces exploitations défigurent le paysage, anéantissent le bocage et affectent profondément les nappes phréatiques.

Après de nombreuses prises de parole d’associations, syndicats et élu·es, la manifestation démarre vers 14h30, direction la sablière de GSM à Saint-Colomban. Une trentaine de tracteurs accompagent la marche, un bar mobile ravitaille les participant·es. De nombreux chants, slogans, drapeaux et pancartes militants parsèment le cortège.

Les prises de parole sur le campement

Tracteurs et manifestant·es convergent vers la sablière de GSM

La sabli√®re est entour√©e par une clot√Ľre m√©tallique derri√®re laquelle de nombreux gendarmes sont positionn√©s. Selon Ouest-France 170 d‚Äôentre eux ont √©t√© mobilis√©s pour la journ√©e. Des paysan¬∑nes ont d√©vers√© symboliquement plusieurs tonnes de l√©gumes en d√©composition devant l‚Äôentr√©e. L‚Äôodeur pestilentielle est √† la mesure de ce que nous inspirent les industriels et leurs profits.

Le cort√®ge repart vers 15h30, une deuxi√®me action est au programme et un bloc se forme en t√™te de cort√®ge. On passe devant une dizaine de gendarmes apathiques et courrons √† travers champs. Nous arrivons alors sur la propri√©t√© du mara√ģcher industriel Jean-Fran√ßois Vinet qui poss√®de une √©cluse ill√©gale.

Bien organis√©¬∑es, les manifestant¬∑es parviennent rapidement √† l‚Äô√©cluse qui passe √† la meleuse ! Les bleus sont totalement pris au d√©pourvu et l‚Äôaction ne rencontre aucune perturbation. Une corde est attach√©e √† l‚Äô√©cluse pour que le maximum de personnes ach√®vent de l‚Äôenlever, le cours d‚Äôeau est finalement lib√©r√©.

L‚Äô√©cluse est ramen√©e au campement, la manif‚Äôaction se termine, les mines sont satisfaites et r√©jouies. On se f√©licite de cette belle journ√©e et on rigole des gendarmes frustr√©s dont l‚Äôh√©licopt√®re, absent jusque-l√†, survole en rase-motte le campement…

Cette manif‚Äôaction d√©montre, une fois de plus, la mobilisation et la d√©termination grandissante des militant¬∑es. Continuons de nous opposer √† ce syst√®me mortif√®re o√Ļ le profit individuel pr√©vaut sur l‚Äôenvironnement et le bien-√™tre de toutes et tous.

Poursuivons la lutte !




Source: Basse-chaine.info