Il y avait plus de 30’000 personnes. Des milliers de pancartes, une centaine de banderoles.

C’est une menace claire. Le racisme anti-noir est sous pression. On ne s’arrĂȘtera jamais de le combattre sous toutes ses formes.

On a vu le nom de celleux qui manquent brandis. On a scandé leurs noms.

On a pu admirer la dignitĂ© et l’engagement de la famille de Nicolas Manikakis. TuĂ© par la police en novembre 2017, Ă  quelques kilomĂštres d’ici, Ă  Thonon. Sa mĂšre nous a rappelĂ© l’absurditĂ© et l’horreur des crimes policiers.

On s’est arrĂȘtĂ©-e-x-s devant Payot qu’on a huĂ© pour leur rĂ©Ă©dition, “au nom de la nostalgie”, d’un livre pĂ©dagogique raciste.

No Apologies a pris la parole, hurlĂ© sa rage. Du harcĂšlement aux meurtres. La Suisse n’est pas la terre d’accueil que l’on croit et elle ne doit plus ĂȘtre une terre de deuil. La police tue. La police a tuĂ© HervĂ© Mandundu, Lamin Fatty, Mike Ben Peter et plein d’autres. On aimerait croire que ça n’arrivera plus. Qu’aujourd’hui on a dit stop et qu’on a Ă©tĂ© entendu. 

Mais ne nous voilons pas la face. La police va continuer son entreprise de mort. Le soir de la manifestation, des noir-e-x-s ont Ă©tĂ© controlĂ©-e-x-s, fouillĂ©-e-x-s et humiliĂ©-e-x-s Ă  quelques pas de lĂ  oĂč on dansait. La police faisant bien attention que personne ne les filme. Ces Ă©vĂ©nements ne nous ont Ă©tĂ© rapportĂ©s que le lendemain. Si vous avez des infos Ă  ce propos : contactez-nous.

On s’est arrĂȘtĂ©-e-x-s sur le pont du Mont-Blanc oĂč on a respectĂ© un moment de silence le genou Ă  terre. Des fumigĂšnes ont Ă©tĂ© craquĂ©s. ArrivĂ©-e-x-s dans le passage des Alpes, que l’on connaĂźt pour sa capacitĂ© Ă  faire rĂ©sonner la colĂšre populaire, on a demandĂ© aux gens de s’accroupir avant de lancer un pogo dont on se souviendra longtemps. FUCK LE 17 de 13 Block a fait sauter tout le monde. ArrivĂ©-e-x-s au parc des Cropettes on a Ă©teint la sono pendant les prises de parole. On a ensuite dansĂ© des heures. Le parc des Cropettes, connu pour son festival de Jazz de blanc, s’en rappellera.

Le lendemain de la manifestation, on a vu les Ă©ditorialistes de la place cracher leur mĂ©pris et leur dĂ©gout. Ils se sont permis de nous expliquer comment militer en nous montrant les Ă©cueils de notre soi-disant communautarisme. Ils rejoignent la LICRA dans les rangs de cet antiracisme moral que nous continuerons Ă  combattre. Ils perdent leur capacitĂ© d’agir lorsque nous nous chargons nous-mĂȘmes de notre Ă©mancipation. Ils voient une gĂ©nĂ©ration prendre son destin en main et se dĂ©battent comme des poulets sans tĂȘtes.

Qu’ils s’accrochent aux miettes de pouvoir qu’il leur reste, pendant que nous partageons le pain.

Outrage Collectif combat le racisme anti-noir avec fĂ©rocitĂ© depuis plusieurs annĂ©es et ce, sans concession. Nous sommes bien conscient-e-x-s que seul un changement radical de la sociĂ©tĂ© pourra nous permettre de l’éradiquer. Mais ce sont des objectifs prĂ©cis et atteignables que nous devons mettre en avant. La lutte contre les violences policiĂšres en fait partie. Nous avons vu aux États-Unis et en France, l’efficacitĂ© de la colĂšre de la rue. Seule la lutte paie. Abolissons la police, construisons des communautĂ©s fortes, capables de rĂ©soudre les problĂšmes de la vie collectivement. Faisons plier l’État, inscrivons-y la subversion nĂ©cessaire afin de reprendre le contrĂŽle sur nos vies. DĂ©truisons les politiques d’asile racistes qui mettent en danger et criminalisent les personnes en exil et laissent des mineurs Ă  la rue. Nommons les responsables politiques de ces catastrophes et combattons-les sur tous les terrains.

Nous persisterons dans la construction d’un discours anti-raciste rĂ©volutionnaire et nous nous rĂ©jouissons de l’émulation actuelle autour du mouvement Black Lives Matter. Nous espĂ©rons fort y trouver de nouveaux-velles partenaires de lutte 

Un grand merci Ă  BLM SwissRom, au collectif amani, au collectif Afro-Swiss, la famille de Nicolas Manikakis, Ă  No Apologies, aux alliĂ©.e.x.s, aux ancĂȘtres.

Justice et vĂ©ritĂ© contre l’impunitĂ©


Article publié le 18 Juin 2020 sur Renverse.co