Janvier 31, 2021
Par Le Numéro Zéro
231 visites


La journée de mobilisation débute à 10h du matin, la pluie et une armada de gendarme mobile sont présentes.

Malgré cela, près de 150 personnes se mobilisent sur la Place du Peuple, située à quelques centaines de mètres du rassemblement de La Manif Pour Tous.

Soit 5 fois plus que les militant·es de la Manif Pour Tous qui n’étaient que quelques dizaines.

Les manifestant·es de la contre manif, décident de rentrer dans l’hypercentre pour rejoindre le lieu de La Manif Pour Tous, qui se déroule Place Jean Jaurès.

Mais la gendarmerie mobile interviendra immédiatement pour empêcher toute pénétration dans le périmètre alentour de La Manif Pour Tous.

Un gendarme mobile qui donnait des ordres à ses collègues, ira même jusqu’à qualifier les manifestant.es « d’adversaires ».

Didier Lallement avait donc raison, nous ne sommes pas dans le même camp.

Après de multiples tentatives pour rejoindre La Manif pour Tous, en vain, la manifestation se disperse et les manifestant·es essayent de rentrer par petit groupe sur la Place Jean Jaurès pour rejoindre la manif pour tous.

Stratégie efficace, les quelques militants de la manif pour tous sont partie dans la foulée.

Aux alentours de 11h30, la manifestation se disperse totalement.

Puis dans l’après-midi, un rassemblement est organisé à 14H, sur la « Place de la Liberté », à proximité du centre commercial Centre Deux.

Ce rassemblement est fait en soutien aux teufeurs qui subissent une répression inouïe, tandis que les contaminations dans le métro, les écoles et les lieux de travail continuent…

Une pancarte résume bien la situation tragique de la répression que subissent des personnes qui ont voulu faire la fête dans un hangar aéré, en ces temps moroses :

« Prison pour la Fête – Rien pour l’Inceste »

La pluie est toujours au rdv mais cette fois ce sont plusieurs centaines de manifestant.es qui sont mobilisé.es !

Puis à 15h, a lieu la manifestation contre la loi de Sécurité Globale, au même point de rdv.

À ce moment, ce sont plus d’un millier de manifestant·es qui se sont rassemblé·es !

Aux alentours de 15h30, la manifestation part en direction de la Place Jean Jaurès, elle se déroule avec une foule égayée grâce à la musique des sounds systems présents dans les cortèges.

On peut entendre de la Techno mais aussi « je suis fils » de Corrigan Fest ou des classiques du groupe Bérurier Noir.

Au milieu du parcours, a lieu un magnifique hommage à David.

Des banderoles sont déployées et des fumigènes allumés, il y aura un moment de silence en son hommage et un discours poignant sur les circonstances de sa mort.

David était impliqué dans différentes luttes sociales notamment dans les ouvertures de logements vacants pour pouvoir loger des personnes sans abri ou développer des projets sociaux, culturels et politiques, comme ce fût le cas pour l’ouverture de « La Maison des peuples – le bourgeon ».

Dans la nuit du 27 au 28 janvier, David a chuté d’une dizaine de mètres alors qu’il se trouvait sur le toit d’un bâtiment abandonné, pour un projet d’ouverture de squat.

David vivra à travers nos luttes ! Squat Partout !

La manifestation continuera ensuite jusqu’à la Place Jean Jaurès, sous une ambiance festive.

Arrivé.es en fin de parcours, le commissaire accompagné d’une équipe de la BAC, demandera aux Sounds systems d’éteindre la musique. Une dernière musique sera alors diffusée et les manifestant·es danseront au son de Dominique Grange « À Bas l’État Policier ».

Bravo à tous·tes les personnes qui se sont mobilisées !

Le commissaire porte des paillettes

P.-S.

En complément…




Source: Lenumerozero.info