Février 10, 2018
Par Rebellyon
185 visites


Communiqué de Sud Étudiant-es

Une manifestation de près de 1500 enseignant.e.s, lycéen.ne.s et étudiant.e.s. s’est tenue le 6 février à Lyon pour exprimer son refus quant à la sélection à l’université, la réforme du bac mais aussi contre le manque de moyens dans l’éducation. Celle-ci s’est dirigée en direction du rectorat au rythme de « Fac ouverte aux enfants d’ouvriers (aux enfants d’immigrés), Fac fermée aux intérêts privés ! ».

La banderole de tête, celle d’une l’intersyndicale affichait “Collèges lycées universités sacrifiés ! Pas de sélection – Pas de BAC maison ! Des moyens et de l’ambition pour la réussite de toutes et tous”. Devant le rectorat, une délégation était reçue pour discuter des différents projets de lois.

La mobilisation lycéenne et étudiante prend de l’ampleur : 1500 personnes dans la rue à Lyon

Contre la sélection à l’entrée des études supérieures et le projet ldex, journée d’action pour une université ouverte. À 12h, AG et rassemblement contre le vote du projet Idex à Lyon 1. À 14h, manifestation contre la loi Vidal au départ de la place Guichard. À 17h, AG à Lyon 2 (site des (…)

10 février

A l’initiative de l’intersyndicale (CGT FERC SUP, CNT, Sud Éducation, Solidaires Étuidant-e-s, UNL, Écharde), une AG était organisée sur à Lyon 2, sur les quais. Un peu moins de cent personnes se sont réunies, afin de discuter de la mobilisation, des objectifs et de la stratégie à adopter. Il y a eu un rapide tour des différentes universités ou écoles présentes afin de mesurer l’impact de la mobilisation. La majorité des personnes présentes venaient de Lyon 2 mais aussi de Lyon 3, Lyon 1, l’ENS ou encore l’EM Lyon.

Rapidement, le besoin de jonction avec les lycées est abordé par différent.e.s intervenant.e.s. En ce qui concerne la fac, notamment Lyon 2, la question de la mobilisation fait débat. Selon certain.e.s, il s’agit d’un manque de travail de la part des différentes organisations, pour d’autres il n’y a pas assez de travail collectif. Sur les autres universités, il est d’autant plus difficile de mobiliser qu’elles sont historiquement peu enclines à se bouger.

Quelques militant.e.s présent.e.s ont tenu à rappeler qu’un comité de lutte avait été décidé ce midi même sur le campus de Bron, afin de donner une dynamique à la mobilisation. L’exemple d’une lutte au Chili est avancé par une camarade. D’autres militant.e.s ont répondu qu’il était essentiel de s’organiser dans une logique unitaire, « sans agir dans son coin ».

Après avoir noté le manque de mobilisation des universitaires puisqu’ils acceptent la sélection, un camarade a avancé le fait que toutes ces réformes s’inscrivaient dans le processus de Bologne, processus européen visant à libéraliser les universités sur un modèle nord-américain. En effet, la sélection et les attendus cristallisent les débats au sein des universités. Ceux-ci seront votés en fin de semaine par le CFVU.

Dans une volonté d’agir de manière unitaire, une AG sur le campus de Bron est décidée unanimement. Cette AG, dans le but de réunir le maximum d’étudiant se veut la plus ouverte possible. L’accent est mis sur le besoin d’informer au maximum. Pour se faire, une commission écriture de tract se charge d’écrire un tract, qui sera diffusé par l’ensemble des organisations présentes.

La prochaine AG contre la sélection, la destruction du supérieur et du secondaire est le mardi 13 février à midi sur le campus de Bron, et le Jeudi 15 février ,nouvelle journée de grève et de mobilisation contre les réformes du lycée et de l’université




Source: