Pour cette première manifestation depuis plusieurs mois, près de 200 gilets jaunes se sont réunis à 14h place de la République. Le cortège n’a pas pu faire plus de 300 mètres avant d’être gazé par la police nationale rue Jean-Jacques Rousseau, puis boulevard Thiers.

Pour cette première manifestation depuis plusieurs mois, près de 200 gilets jaunes se sont réunis à 14h place de la République.

JPEG - 1 Mo

Le cortège n’a pas pu faire plus de 300 mètres avant d’être gazé par la police nationale rue Jean-Jacques Rousseau, puis boulevard Thiers.

JPEG - 912.4 ko

JPEG - 731.5 ko

JPEG - 710 ko

Une centaine de personnes se sont retrouvées place du Bareuzai pour un nouveau cortège éphémère jusqu’à la place de la Libération, puis un retour en ville où le s’est noyé dans le flot des consommateurs aphasiques.

Les préfets changent mais les objectifs restent les mêmes : aucune contestation conséquente du régime ne doit pouvoir s’afficher dans la rue, et encore moins perturber les affaires. Les uns après les autres ils semblent ainsi s’acharner à démontrer aux derniers pacifistes que la non-violence n’est pas un rempart contre la répression.

Prochain rendez-vous dans la rue : le 17 septembre à 14h place de la république pour défendre les services publics.


Article publié le 13 Sep 2020 sur Dijoncter.info