Février 21, 2021
Par Dijoncter
393 visites


Une militante relaxée à Châlon pour l’affaire de la caricature du commissaire. Un militant bisontin menacé de licenciement par son employeur pour son engagement politique…

Relaxe pour la caricaturiste !

Fin octobre, on apprenait la convocation au tribunal de Châlon-sur-saône d’une militante liée aux Gilets Jaunes. Les faits reprochés : avoir diffusé sur internet une caricature du commissaire de police local. Rappelons qu’en octobre, l’actualité était encore marquée par l’assassinat de Samuel Paty et l’histoire des caricatures de Mahomet. Un contexte propice au dérive sécuritaire…

L’audience a eu lieu vendredi 19 février. La relaxe a été automatique car le délai de prescription pour “injure publique envers un dépositaire de l’autorité publique par voie électronique” est de 3 mois, or il était dépassé dans le cas présent. L’avocate de la prévenue a exprimé sa frustration à ne pas pouvoir débattre sur le fond. Une relaxe sur le fond aurait permis de faire jurisprudence en la matière, et les caricaturistes de commissaires en auraient été rassuré.es.

Une quarantaine de personne était venue soutenir Sophie, dont des Gilets Jaunes bisontins.

Source Info-Châlon : l’affaire est close

Licenciement pour le cégétiste ?

On apprend de la part de la CGT de Besançon qu’un de ses membres, travaillant dans un restaurant Subway, est menacé de licenciement à cause de son engagement syndical.

Un rassemblement est appelé le jeudi 26 février pour le soutenir le jour de sa convocation devant la direction du Subway.

Communiqué

Face à la répression anti-syndicale à Subway Besançon, solidarité avec notre camarade !

En se rendant à son travail le mercredi 17 février dernier sur le site de Châteaufarine, notre camarade Toufik (*) s’est vu interdire l’accès au restaurant par la direction. Un courrier lui a alors été remis pour le convoquer à un éventuel licenciement pourfaute grave avec mise à pied conservatoire le jeudi 25 février à 9 h.

Depuis plus d’un an, depuis que son engagement syndical à la CGT est connu, notre camarade fait l’objet de pressions de toutes sortes.

Nous constatons par ailleurs que le 9 février la direction a reçu un courrier émanant de l’UL CGT demandant la mise en place d’une Unité Économique et Sociale des trois restaurants Subway de Besançon afin de pouvoir organiser des élections de représentants du personnel. Moins de 10 joursplus tard, notre camarade subissait une procédure de licenciement.

Pour les libertés syndicales dans la restauration comme ailleurs !

Contre le licenciement de notre camarade, rassemblement le jeudi 25 février 2021 à 8 h 30 devantle Restaurant Subway (7 chemin de la ferme Prabey — Besançon derrière « Feu vert »).

S’attaquer à un syndiqué ,c’est s’attaquer à toute la CGT.

Let’s block ads! (Why?)




Source: Dijoncter.info