Après quelques minutes seulement, la police bâloise a mis en branle ses flics anti-émeute et a encerclé une partie de la manifestation. Rapidement, une humeur combative s’est développée dans la nasse : on ne se laisse pas contrôler, on reste ensemble ! Parce que pour nous, il n’était pas acceptable qu’une manifestation contre le ministère public soit à nouveau empêchée par une opération de police répressive. Deux semaines plus tôt, la manifestation féministe du 14 juin avait également été encerclée.

Dans la nasse, les gens s’étaient accrochés les un.e.s aux autres, et en dehors des lignes de police, de plus en plus de gens se rassemblaient en solidarité. Certains des manifestants avaient quitté la nasse et exerçaient maintenant une pression de l’extérieur, des slogans ont été criés et l’ambiance combative a continué pendant les deux heures entières. La police a commencé à faire sortir les gens de la foule, en utilisant des matraques et du spray au poivre. Certaines personnes ont été légèrement blessées par la police et une personne a dû se rendre à l’hôpital avec un bras cassé. Une personne a été emmenée dans une camionnette : Un manifestant immigré. Comme on peut le voir, là encore – comme dans la répression contre #BaselNaziFrei – les migrant.e.s militant.e.s sont visé.e.s.

La nouvelle politique des nasses de la police de Bâle se heurte à des résistances et c’est une bonne chose. Nous sommes rentrés chez nous avec un sentiment de solidarité et autodéterminé.e.s. Nous continuerons à prendre les rues en main et à mener la campagne de solidarité pour #BaselNaziFrei avec d’autant plus de détermination.

Nous voulons à présent exprimer et souligner une fois de plus notre entière solidarité avec les accusé.e.s : Nous ne pouvons et ne voulons jamais compter sur les structures étatiques dans la lutte contre les tendances fascistes. Car ce sont précisément ces structures qui attaquent le mouvement antifasciste par des opérations de police et des procès criminels. Et ce sont eux qui maintiennent et défendent l’état raciste “normal” avec des connexions avec la scène de droite, avec le profilage racial ou une politique migratoire totalement inhumaine.

Le premier procès aura lieu le mardi 7 juillet. Afin de soutenir la personne accusée, nous vous demandons de vous présenter à 8 heures du matin devant le tribunal pénal. De nombreux autres procès suivront et pendant ce temps, nous renforcerons le mouvement antifasciste et nous nous solidariserons avec les accusé.e.s.

Texte traduit de l’allemand au français.


Article publié le 06 Juil 2020 sur Renverse.co