Avril 10, 2016
Par Zone À Défendre
262 views


Cet article est un rassemblement des infos que la legal team à pu obtenir concernant la répression du mouvement contre la loi sur le travail (mars-avril 2016). Comme la plupart des concerné-e-s ne nous ont pas contacté, l’information est largement incomplète et les chiffres d’interpellations sont surtout copiés des médias bourgeois.

Nombres d’interpellations pendant les manifs :

  • 10 mars : 5
  • 17 mars : 3
  • 24 mars : 19
  • 31 mars : 16
  • 5 avril : 15
  • 9 avril : 6

A la suite des très nombreuses interpellations et garde à vue liées aux dernières manifs contre la loi travail, plusieurs audiences de comparation immédiate ont donné lieu à une série de condamnations ces derniers jours. Pas mal de convocs pour des audiences ultérieures ont aussi été distribuées et des gen-te-s sont sorti-e-s sans suite puisque, aux dires de la proc, “les dossiers étaient vides”. Des mineur-e-s sont passé-e-s devant le JAP mais on n’a pas pu aller aux audiences, qui se déroulent à huis clos, et on n’a pas eu trop d’infos sur les suites. On constate que principalement des étudiants sortent avec une convoc, mais que des manifestant-e-s plus agé-e-s avec un casier on tendance a passer par la comparution immédiate.

Premier bilan :

Après G., déja condamné à 6 mois ferme avec mandat de dépot le 21 mars, Y. a été jugé le 25 mars pour participation à un attroupement armé (le rassemblement de la veille devant Monge), avec la circonstance aggravante qu’il aurait disssimulé son visage dans l’intention blabla…(ils se mettent à ajouter ça dès qu’ils peuvent). L’audience a été glauque, le juge était super hostile, absolument pas interessé par la question de savoir si les faits étaient avérés ou le délit constitué mais seulement préoccupé de le coincer sur des soi-disant mensonges pendant sa GAV, qui n’avaient rien à voir avec le schmilblick. Il n’y avait rien dans le dossier, le PV du flic qui l’a arrété reconnaissant qu’il ne savait pas si Y. avait lancé des projectiles, ne précisant pas qu’il était masqué pendant la manif (d’ailleurs il l’a reconnu parcequ’il l’avait déjà arrêté) et contenant seulement des photos de Y masqué, prises pendant sa GAV. L’avocat a rappelé que la participation à un attroupement armé supposait qu’il y ait eu des sommations, dont il n’y avait aucune trace dans le dossier. Rien à foutre, Y. a été condamné à deux mois ferme avec mandat de dépot, avec révocation de 2 mois d’un sursis antérieur et est parti direct en taule. Il a clairement été condamné au vu de son casier qui révélait pour eux “une certaine hostilité à l’égard des autorités”.

Un autre manifestant est passé en compa le 4 avril, à la suite de la manif du 31 mars, après 2 jours de détention provisoire, pour participation à un attroupement armé, violences sur personnes dépositaires de blabla et outrages. Dossier encore tellement vide sur les 2 premiers chefs de poursuite que la proc en était ridicule et relaxe. Il avait en revanche reconnu les outrages et a pris 1 mois ferme, sans mandat de dépot, pour avoir montré ses fesses aux flics. Au cours de l’audience, la proc a un peu détaillé le dispositif policier mis en place pour les manifs et souligné le rôle “d’enquête” joué par la Bac qui est chargée d’identifier des gens pour les toper ensuite. Gaffe donc…

Sources médias :

A suivre…




Source: