Novembre 30, 2022
Par CNT-AIT
216 visites

(Publication initiale vendredi 9 janvier 2004)

Etre reprĂ©sentatifs, ĂȘtre visibles 
 Il est frĂ©quent de voir une organisation se battre pour sa reprĂ©sentativitĂ© ou des militants libertaires se confier aux journalistes. Certes, l’anarchosyndicaliste n’est pas un clandestin. Nous ne cherchons pas Ă  nous infiltrer en cachant nos idĂ©es 
 mais est-ce que cela passe par la reprĂ©sentativitĂ© et la visibilitĂ© mĂ©diatique ? C’est ce que nous allons tenter d’analyser ici.

L’Anarchosyndicalisme et le « problĂšme Â» de la reprĂ©sentativitĂ© syndicale.

Dans sa brochure « Les Ă©lections professionnelles contre le syndicalisme Â», la CNT-AIT Ă©voque la question en parlant du « problĂšme de la reprĂ©sentativitĂ© Â», sans dire en quoi consiste le problĂšme. Un premier Ă©clairage peut ĂȘtre apportĂ© par ce constat : c’est surtout dans le secteur public que l’anarchosyndicalisme a retrouvĂ© une deuxiĂšme jeunesse en France. Ceci explique peut ĂȘtre cela. L’activitĂ© syndicale et le droit de grĂšve sont soumis dans le public Ă  une rĂ©glementation rigide. La reprĂ©sentativitĂ© y est un enjeu, ne serait-ce que pour pouvoir lancer un appel Ă  la grĂšve. Dans le secteur public, tout prĂ©avis de grĂšve doit en effet ĂȘtre dĂ©posĂ© par un syndicat reprĂ©sentatif. Tel n’est pas le cas dans le secteur privĂ© oĂč le principal avantage que confĂšre en fait la reprĂ©sentativitĂ© est de pouvoir se prĂ©senter au premier tour des Ă©lections professionnelles. Pour l’instant, l’essentiel (l’action des salariĂ©s et leur droit de grĂšve) n’est pas conditionnĂ© par la reprĂ©sentativitĂ©. Et c’est tant mieux. Dans le secteur privĂ©, le rapport de force supplante la notion de reprĂ©sentativitĂ©. Et le rapport de force, c’est l’affaire des anarchosyndicalistes.

Cette question de la reprĂ©sentativitĂ© syndicale travaille les politiciens de la rĂ©publique plus qu’on ne le pense. En ce moment, ils planchent sur la prĂ©paration d’un projet de loi qui va Ă©largir les rĂšgles. Les grandes organisations syndicales nationales perdraient leur monopole de prĂ©sentation au premier tour des Ă©lections professionnelles. La candidature serait ouverte Ă  tous les syndicats lĂ©galement constituĂ©s. Faut-il dire avec plus de prĂ©cision ce que cela signifie ? : Le pouvoir a besoin de la reprĂ©sentativitĂ©. Parce qu’il a besoin d’interlocuteurs afin de pouvoir contrĂŽler l’action Ă©ventuelle des salariĂ©s, action qu’il prĂ©voit dure, au regard des mesures « sociales Â» qu’il prĂ©pare. Et gouverner c’est prĂ©voir ! Or, les interlocuteurs traditionnels sont non seulement grillĂ©s, comme la CFDT, mais, qui plus est, souvent absents des entreprises privĂ©es. A dĂ©faut de grives, le capitalisme se contentera de merles. Un tas de petits syndicats, alternatifs, autonomes voire syndicalistes rĂ©volutionnaires et anarchosyndicalistes ont deux ou trois militants, quelques sympathisants, dans telle ou telle entreprise. Ils pourraient faire l’affaire. C’est-Ă -dire jouer le rĂŽle de tampon entre l’action directe de salariĂ©s poussĂ©s Ă  bout, et un patronat de plus en plus arrogant.

La reprĂ©sentativitĂ© c’est donc le problĂšme du pouvoir, non celui des anarchosyndicalistes. Et pourtant, depuis 30 ans, que d’énergie gaspillĂ©e dans des affaires de reprĂ©sentativitĂ© dans le privĂ© !

DerniĂšre en date : celle d’une section CNT-Vignoles au Havre, qui compterait une trentaine d’adhĂ©rents (ce qui n’est pas rien). TrĂšs significativement, dans son communiquĂ© d’appel Ă  la solidaritĂ©, elle fait passer au deuxiĂšme plan les prĂ©occupations de l’ensemble des travailleurs. Que n’ont-ils commencĂ© par mener directement la lutte, avec si possible les autres salariĂ©s, au sujet de leurs conditions de travail ? Ils auraient alors probablement vu leur patron, celui-lĂ  mĂȘme qui conteste aujourd’hui leur reprĂ©sentativitĂ©, leur demander de se prĂ©senter comme interlocuteurs 
 (auquel cas d’ailleurs, il leur aurait fallu refuser !). Car le but de la reprĂ©sentativitĂ© dans la lutte de classe est de remplacer le tout, l’action collective, l’AssemblĂ©e GĂ©nĂ©rale des travailleurs (Ă  ne pas confondre avec une intersyndicale !) par une simple partie (la ou les section[s] syndicale[s]). Ce qui aboutit tout d’abord et rapidement Ă  la liquidation de ce tout (gĂ©nĂ©ralement : fin de l’AG) puis progressivement Ă  l’affaiblissement de la partie (par l’institutionnalisation sous-jacente ou la rĂ©pression). Subodorant ce piĂšge, le syndicat CNT de St-Etienne (Ă©galement adhĂ©rent aux Vigno-les) dĂ©clare quant Ă  lui : « La CNT est reprĂ©sentative de par la rĂ©alitĂ© de son action syndicale et son indĂ©pendance financiĂšre Â». Ceci nous semble bien plus juste que de chercher une reconnaissance juridique, car, d’évidence, il n’est possible de reprĂ©senter que ses militants et sympathisants. Une section CNT n’existe que par la rĂ©alitĂ© de son action et le contenu de sa rĂ©flexion. C’est cette existence de facto qui est notre objectif, et non de reprĂ©senter qui que soit d’autres que nous-mĂȘmes.

De la visibilité militante

Tout militant rĂ©volutionnaire cherche Ă  se grouper avec les personnes qui pensent comme lui. Partant de lĂ , il est naturel qu’il tente de se faire connaĂźtre. Des moyens existent pour ce faire.

Mais depuis une dizaine d’annĂ©es, une thĂ©orie a fait son Ă©mergence. D’aprĂšs cette derniĂšre, nous pourrions utiliser les mĂ©dias plus que ceux-ci nous utilisent. Cette thĂ©orie n’a que peu ou pas Ă©tĂ© dĂ©battue. Elle s’est imposĂ©e par elle-mĂȘme.

Pourtant, plus que dans une sociĂ©tĂ© de rĂ©pression brutale et directe, nous vivons dans une sociĂ©tĂ© « d’information massive Â». En « informant Â» on formate, ceci est dĂ©noncĂ© quotidiennement avec raison. Mais on peut Ă©galement rĂ©primer en informant. Quoi de plus simple en effet que de rĂ©primer une envie de faire quelque chose (mettons, la rĂ©volution) en informant que les autres sont contre cette envie ? Tant pis, si ces mĂȘmes autres refreinent individuellement cette mĂȘme envie en se rĂ©fĂ©rant Ă  une information collective et normative. A ce stade lĂ , information et dĂ©sinformation se mĂȘlent. La naissance d’une norme produite artificiellement mais massivement propagĂ©e devient une information vĂ©ritable quand suffisamment d’individus sont convaincus de sa rĂ©alitĂ©. C’est toute l’histoire du phĂ©nomĂšne dit du « sentiment d’insĂ©curitĂ© Â».

Mais ce n’est pas tout, car à ce processus d’inhibition s’ajoute le besoin de reconnaissance.

Vouloir ĂȘtre reprĂ©sentatif ou visible trouve trop souvent sa source dans un mĂ©canisme exacerbĂ© par notre sociĂ©tĂ© et bien connu des psychologues : le besoin de reconnaissance sociale. Le pouvoir s’appuie sur ce mĂ©canisme psychologique. Il est classique d’observer qu’un individu qui « fait quelque chose Â» ressent l’envie que son action soit « reconnue Â» par autrui. Or, le pouvoir a les moyens de lui permettre d’assouvir ce besoin, tout simplement, en lui tendant micros et camĂ©ras. Or, personne ne l’ignore, l’intervention dans les mĂ©dias n’est acceptable par le systĂšme que si le fond est aseptisĂ© et si la forme est, comme on dit fort justement, « mĂ©diatique Â». TrĂšs rapidement, pour continuer Ă  passer « Ă  la tĂ©lĂ© Â», notre militant rĂ©volutionnaire en mal de reconnaissance utilisera, en s’auto-censurant, un discours qui n’était pas le sien au dĂ©part mais qui est celui recevable par les mĂ©dias et il adoptera la mise en scĂšne adĂ©quate. Et, trĂšs rapidement aussi, ce fond et cette forme deviendront son fond, c’est-Ă -dire sa maniĂšre de penser, et sa forme, sa façon de concevoir ses interventions. Sans compter la crĂ©ation de phĂ©nomĂšnes de leadership ! Ceux qui s’agitent frĂ©nĂ©tiquement devant les camĂ©ras, qui veulent peser sur l’évĂ©nement, qui interviennent Ă  tout propos dans la presse en tant que porte-parole de ceci ou de cela, qui font la cour aux journalistes 
 devraient s’interroger sur le sens vĂ©ritable du message qu’ils font en dĂ©finitive passer aux autres et sur les consĂ©quences de leur stratĂ©gie sur eux-mĂȘmes !

# L’homme invisible

Suite : ANARCHOSYNDICALISME ET REPRESENTATIVITE

Lire aussi :

ANARCHO-SYNDICALISME ET REPRESENTATIVITE

http://cnt-ait.info/2020/09/21/representativite-et-visibilite/

REPRESENTATIVITE ET VISIBILITE

http://cnt-ait.info/2020/09/21/representativite-et-visibilite/

LES ELECTIONS PROFESSIONNELLES CONTRE LE SYNDICALISME

http://cnt-ait.info/2020/09/24/les-elections-professionnelles-contre-le-syndicalisme/

LES ELECTIONS PROFESSIONNELLES CONTRE LES LUTTES SOCIALES

http://cnt-ait.info/2020/09/14/les-elections-professionnelles-contre-les-luttes-sociales/

Tract :

BOYCOTT DES ELECTIONS VIRTUELLES ! ORGANISONS NOUS POUR DES LUTTES REELLES !

http://cnt-ait.info/2022/12/01/boycott-elections-virtuelles/




Source: Cnt-ait.info