Janvier 4, 2021
Par Expansive
257 visites


  • Aux compagnies de théâtre, danse, marionnettes, théâtres d’objets, cirque, théâtre de rue
  • Aux plasticiens, sculpteur·rice·s, performeur·se·s, peintres, vidéastes, cinéastes
  • Aux formateur·rice·s artistiques
  • Aux groupes musicaux et formations musicales
  • Aux guides conférencier·e·s et médiateur·ice·s culturels

Le gouvernement a décidé le jeudi 10 décembre d’interdire la réouverture des théâtres, des salles de spectacle, des musées, des salles de concert, des cirques.

Comme vous le savez, ce sont des milliers d’heures de travail et de réflexion des équipes artistiques, techniques et logistiques qui ont été niées en quelques minutes.

Ces créations constamment repoussées faute de lieux ouverts pour les présenter au public, perdent leur sens. Les formations artistiques ne peuvent se donner correctement faute d’endroit. Cela impacte l’avenir de la création et plonge les formateur·rices dans la précarité.

Le gouvernement nous oppose la problématique sanitaire des flux de personnes qui viendraient voir notre travail. A la Coordination des Intermittent·e·s et Précaires de Bretagne, nous ne nions évidemment pas l’épidémie. Les lieux n’ont cessé de s’adapter et de proposer des protocoles satisfaisants pour garantir la sécurité du public. Nous avons compris que le gouvernement avait fait des choix : plutôt les flux dans les galeries marchandes et les églises que les flux pour voir des œuvres d’art. Il ne s’agit pas pour nous d’opposer un·e tel·le à un·e tel·le mais justement de faire d’autres choix.

Quelle société voulons-nous ? Une société qui court à sa perte écologique en surproduisant ou une société qui remet l’humain au centre ?

La CIP Bretagne demande la réouverture des lieux culturels pour que les intermittent·es de l’emploi qui travaillent dans le spectacle, l’enseignement artistique, l’audiovisuel, l’hôtellerie, le nettoyage , la médiation culturelle, la prestation technique puissent vivre de leurs métiers.

Le 17 décembre 8 lieux dont la scène nationale d’Albi et le CDN de Besançon ont décidé de rouvrir symboliquement leur porte malgré l’interdiction. C’est à nous maintenant d’AMPLIFIER ce mouvement !

Les choix du gouvernement quant au secteur de la culture nous sont insupportables et nous inquiètent au plus haut point.

Nous vous invitons à nous rejoindre

le jeudi 7 janvier à midi

pour un regroupement

devant le Théâtre de la PARCHEMINERIE à Rennes

Afin de nous rendre AUDIBLES et VISIBLES.




Source: Expansive.info