Novembre 1, 2020
Par Indymedia Nantes
236 visites


Bonjour à toutes et tous,

Nous sommes plusieurs à nous être contacté.e.s au sujet d’une rentrée scolaire bien singulière.

Nous sommes aussi plusieurs à nous interroger sur la cohérence de ce que l’Ecole va devoir vivre à partir du 02 novembre.

Un texte a pour cela été rédigé et une action de protestation prévue. Celle de ne pas scolariser nos enfants ce jour ci. Nous ne cherchons pas à renverser le monde, ni à contester l’urgence sanitaire, mais ce sont les incohérences et autres hypocrisies que nous pointons du doigt.

C’est une manière d’avoir prise sur la situation et de porter une parole critique.

Nous vous invitons à lire ce texte, en être signataire, nous rejoindre dans l’action si vous le souhaitez. Et, aussi à rentrer en contact avec nous, par mail, afin de nous rassembler virtuellement, et de rester attentives et attentifs, ensemble pour préparer une suite.

A toutes et tous,

Nous, parents d’élèves, choisissons de ne pas acheminer nos enfants dans les écoles ce jour, lundi 02 novembre 2020, en signe de protestation.

En effet, le gouvernement a choisi de reconfiner la population tout en laissant cette fois les écoles ouvertes.

Nous ne sommes pas dupes et savons que ce choix n’est pas tant sanitaire qu’économique.

Il s’accompagne d’un durcissement des mesures sanitaires. Notamment avec l’apparition du port obligatoire du masque dès l’âge de 6 ans.

Cette nouvelle mesure, s’ajoutant aux précédentes, semble loin d’assurer une protection supplémentaire pour les enfants et les personnels encadrants. En effet elle pose de nombreuses questions.

En premier celle de son efficacité. De quelle façon des enfants de ces âges sont capables de porter les masques de façon efficiente quand cela apparait difficile pour les adultes ?

Alors qu’on nous assène, depuis le début, que les enfants sont faiblement contaminant, pourquoi leur ajouter une contrainte supplémentaire qui déshumanise un peu plus l’école ?

Le port du masque soulève également de nombreuses interrogations sur les impacts psychosociaux et cognitifs.

Comment ce dispositif agit-il sur les phases d’apprentissages ?
Qu’en est-il de tout ce qui passe par les expressions du visage ?
Comment peut-on apprendre à lire avec une diction entravée ?

Cette situation devient aberrante, quand dans une classe, vont se côtoyer des enfants masqués parce qu’ils sont en CP et d’autres non, parce qu’ils sont en grande section.

Comment ne pas tomber dans la stigmatisation et rester dans un principe d’égalité ?

Nous refusons l’argumentaire selon lequel les enfants se font à tout. Ce ne sont pas des marionnettes que nous manipulons selon tel ou tel avis d’expert.

Ce sont nos enfants, que nous nous devons de protéger au maximum en ces temps incertains et anxiogènes.
Nous élevons nos voix contre l’hypocrisie des autorités. Elles exigent de faire appliquer des mesures pour lesquelles elles ne donnent aucun moyen. Leurs applications ont des incidences sur les élèves, leurs conditions d’apprentissage et leur sociabilisation.

Cet entre-deux est inacceptable ! Soit nous fermons les écoles car nous pensons que la situation sanitaire est grave et le nécessite, soit nous les laissons ouvertes en refusant d’en faire des champs d’expérimentation de mesures aléatoires et versatiles.

Nous sommes confiné.es mais pas réduit.es au silence, ce texte est le début d’une réflexion rejoignons nous et partageons nos questionnements.

Des parents d’élèves

Mail : enfanceenmouvement(at)gmail.com




Source: Nantes.indymedia.org