Juin 2, 2017
Par Brèves du Desordre
233 visites

Rennes : 5 personnes écrouées après l’agression de deux policiers lors d’une manifestation

AFP | 31 mai 2017, 19h37

Cinq personnes ont été placées en détention mercredi en attente de leur procès, après des violences commises sur deux motards de la police lors d’une manifestation “Ni Macron ni Le Pen” le 27 avril à Rennes , a-t-on appris auprès du procureur.

Au total, sept personnes dont deux mineurs avaient été placées mardi en garde à vue. Les cinq majeurs ont été déférés en parution immédiate devant le tribunal correctionnel de Rennes pour violences commises en réunion et avec arme sur personnes dépositaires de l’autorité publique, participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations. Trois d’entre eux pour refus de se soumettre à des prélèvements biologiques.

Les mis en cause ont sollicité un délai pour préparer leur défense. Le parquet a décidé de renvoyer l’examen de l’affaire au 21 juin et de les placer en détention provisoire dans l’attente de leur jugement.

L’un des mineurs a été remis en liberté et le second a été déféré devant le juge des enfants de Rennes et placé sous contrôle judiciaire.


Rennes. Sept interpellations dans l’affaire du policier à moto agressé

Le Télégramme, 30 mai 2017 à 18h15

C’est une scène qui avait fait craindre le pire, le 27 avril dernier, à Rennes. Alors qu’un cortège anti Le Pen et Macron remontait la rue de l’Alma, plusieurs manifestants avaient croisé la route d’un policier à moto, qui se trouvait là pour faire la circulation. N’arrivant plus à redémarrer son deux-roues, celui-ci avait été pris à partie, recevant plusieurs coups sur le casque.

Se sentant menacé, le policier avait alors sorti son arme de service et avait mis en joue ses agresseurs. La scène, filmée, dure plusieurs secondes.

Suite à cet événement, que le préfet d’Ille-et-Vilaine avait qualifié en son temps de “réflexe de légitime défense“, le policier et une collègue, qui avait pu s’éloigner à temps, avaient porté plainte pour violence sur personne dépositaire de l’autorité publique.

C’est dans le cadre de cette enquête que les policiers du commissariat de Rennes ont procédé ce mardi matin à l’interpellation de sept individus, indique le Parquet de Rennes. Placés en garde-à-vue, ils sont soupçonnés d’avoir participé à l’agression du policier.




Source: