Printemps 2016, Ă  Rennes, le mouvement contre la Loi Travail bat son plein. La jeunesse est dans la rue. Sous les ordres de Manuel Valls, la police sĂšme la terreur.

Jean-François, 20 ans, reçoit un tir dans la tĂȘte lors d’une manifestation. Sentence irrĂ©versible : un Ɠil explosĂ© par une balle en caoutchouc.

4 longues annĂ©es ont passĂ©. Deux policiers ont reconnu avoir tirĂ© au LBD dans la zone oĂč se trouvait le jeune homme. Selon la justice : le tireur “n’a pas pu ĂȘtre identifiĂ©.” Les magistrats prononcent un “non lieu”. La dĂ©cision en elle mĂȘme est d’une violence rare : comme si la mutilation n’avait pas eu lieu.

C’est l’horreur ordinaire subie par un mutilĂ© pour l’exemple.


Source : https://www.liberation.fr/france/2020/06/25/violences-policieres-un-tir-de-lbd-deux-suspects-aucun-coupable_1792414


25k
fb-share-icon156695

27k


Article publié le 26 Juin 2020 sur Nantes-revoltee.com