on vous avait déja parlé du procès de notre camarade, Loic, voici des nouvelles fraiches. On est content de le savoir à nouveau en liberté, même si sa condamnation a été lourde

Des nouvelles de Loïc militant bien connu du côté de Bure (55), avant
son arrestation en août 2018 pour une participation supposée à des
actions lors d’un G20 à Hambourg, actions durant laquelle des voitures
et des vitrines ont été dégradées.

Nous ne sommes plus surpris mais encore une fois, le tribunal indique
que le dossier ne permet pas de définir la culpabilité de quiconque, que
le proc délire et que les flics mentent… tout en condamnant lourdement
 !

Deux des co-accusés de Loïc ont aussi été (moins) lourdement condamnés
et une autre affaire (3 prévenus) est toujours en cours avec deux
personnes toujours incarcérées.

Il lui resterait 8 à 20 mois à purger mais pas de mandat de dépôt : il
reste donc libre en attendant le jugement en appel lequel ne devrait pas
intervenir avant un an.

Ci-dessous l’article écrit par son Comité de soutien à l’issue du
verdict
(https://laneigesurhambourg.noblogs.org/post/2020/07/10/news-loic-condamne-a-3-ans-reste-libre-pour-le-moment/)
 :

Le verdict est enfin tombé ce vendredi matin dans le procès de
l’Elbchaussee. La cour a rendu sa décision avant de l’expliquer et de la
détailler longuement – trois heures d’un monologue déroutant où la
présidente a admis le vide du dossier, la vacuité des thèses du
procureur et les nombreux mensonges de la police tout en condamnant 3
des 5 prévenus à des peines démesurées.

Loïc a été condamné à 3 ans de prison ferme (le procureur avait requis 4
ans et 9 mois contre lui). Aucun mandat de dépot n’a été prononcé contre
lui, il reste donc libre pour le moment. Les 16 mois de prison qu’il a
déjà effectué sont à déduire de cette peine et il est commun en
Allemagne de n’effectuer que les deux tiers d’une peine lors de la
première incarcération. Notre ami devrait donc théoriquement retourner
en prison pour une durée de huit mois. Cela dit, ses avocats ont décidé
de faire appel et sont convaincus que le procureur en fera autant dans
les heures qui viennent. Cet appel étant suspensif, il restera libre
jusqu’à ce second jugement qui ne devrait pas intervenir avant un an.
D’ici là, aucun contrôle judiciaire ne lui sera imposé, il pourra donc
quitter enfin Hambourg et aller où bon lui semble sans avoir à rendre
des comptes aux flics ou à la justice. À suivre donc.

Concernant ses quatre co-accusés, deux d’entre eux, mineurs au moment du
G20 en 2017, ont été condamnés à 20 heures de travail social. Les deux
autres ont écopé de peines de prison avec sursis (1 an et 3 pour l’un, 1
an et 5 mois pour l’autre). Les accusés qui ont tous été condamnés bien
qu’aucun faits concrets ne leur soit reprochés devront de plus
s’aquitter des frais de justice qui pourraient atteindre des sommes très
élevées vu l’extraordinaire lourdeur du dispositif judiciaire (près de
70 audiences, 10 avocat.e.s, des experts, des dizaines de témoins etc.).

Il faudra encore, dans les semaines qui viennent, décortiquer le très
long jugement qui a été présenté ce matin pour comprendre exactement les
thèses qui ont été validées par la justice allemande concernant
notamment la complicité supposée de toutes les personnes présentes dans
une manifestation envers les actes que d’autres produisent. La question
de l’identification d’une personne par sa démarche reste également au
coeur de ce dossier après ce jugement. Les craintes qu’un tel jugement
face jurisprudence en Allemagne et inspire la justice et les flics dans
d’autres pays sont plus que jamais justifiées.

Liberté pour tous et toutes !
Force et courage pour les 3 de l’affaire dite du Parkbank à Hambourg
(deux personnes sont encore en prison et leur procès continue) !


Article publié le 16 Juil 2020 sur Zad.nadir.org