Le collectif Mauvaise Troupe, après s’être attaché à la résistance à l’aéroport de NDDL, ou celle au TGV Lyon Turin, s’est penché sur un autre territoire en lutte, le pays basque, qui va accueillir le prochain G7, à Biarritz !

« Cet abécédaire du pays basque insoumis a été rédigé en vue du contre-sommet du G7 qui se tiendra en août 2019 à Biarritz. Il a été pensé comme une première rencontre avec un territoire et ses habitants. Car le Pays basque n’est ni la France au nord, ni l’Espagne au sud, ou du moins il n’est pas que l’Espagne ou la France. On s’aperçoit en l’arpentant qu’y palpite un monde autre, déroutant : le monde en interstices d’un peuple qui se bat pour l’indépendance de son territoire. Borroka, c’est la lutte, le combat, qui fait d’Euskadi une terre en partie étrangère à nos grilles d’analyse françaises. C’est de ce peuple insoumis et de sa culture dont il sera question dans cet ouvrage. » Collectif Mauvaise Troupe}

« Le Pays basque n’est ni la France au nord, ni l’Espagne au sud, bien que ces deux États y règnent. Ou du moins il n’est pas que l’Espagne ou la France. Si les institutions des deux pays qui le colonisent prétendent entièrement l’administrer, on s’aperçoit en l’arpentant qu’y palpite un monde autre, déroutant, presque anachronique au premier regard : le monde en interstices d’un peuple à la langue aux sonorités plus asiatiques que latines, à la culture vivace, qui se bat pour l’indépendance de son territoire. « Borroka », c’est la lutte, le combat, qui fait d’Euskadi une terre en partie étrangère à nos grilles d’analyse françaises. Les fractures politiques s’y ouvrent à des endroits inattendus, les groupes ou les partis portent des noms à nous inconnus, et l’héritage des luttes de ces soixante dernières années n’a que peu de commun avec le nôtre. Il y a donc de quoi piquer la curiosité de notre génération et des suivantes, qui n’ont pas connu les luttes de libération nationale, et n’ont guère eu dans le panel de leurs choix politiques celui de la lutte armée. »

Quant au collectif ZAD 31, il s’informe et interpelle sur l’actualité des grands (ou pas tant) projets inutiles (ça dépend pour qui) et imposés (car ne tenant aucunement compte des avis des populations concernées) dans le 31 (ou ailleurs) ! Il est à l’initiative d’actions en solidarité aux diverses résistances de territoires, aux créations d’alternatives ou pour dénoncer les violences policières entre autres … Il organise aussi des voyages collectifs, notamment en totocar, pour se rendre sur des lieux de mobilisations …

Le contre sommet du G7 sera une occasion inédite de rencontre entre des histoires de luttes qui d’ordinaire s’ignorent. L’inventivité débordante des révoltes ces dernières années en France aurait tout à gagner à s’épaissir de la longue expérience du mouvement indépendantiste basque. Inversement, celui-ci, confronté à un changement de stratégie fondamental après l’abandon de la lutte armée, est en quête de nouveaux chemins praticables. Il doit être possible de bâtir un contre-sommet qui ne tombe pas dans les travers des actions hors-sol, mais apporte à l’inverse aux territoires où il se tient une énergie au long cours.

Pour préparer dès aujourd’hui ce joyeux événement estival, venez nombreuses et nombreux !!

Au programme : bouffe prix libre, infokiosque, présentation du livre et échanges avec les collectifs sur l’orga du contre sommet du G7 2019.

Cette soirée permettra aussi de récolter des sous pour le départ collectif en totocar !


Article publié le 20 Mai 2019 sur Iaata.info