Un titre évidemment polémique pour interpeler et analyser sur la profusion de discours pompeux et creux sur la nécessité d’un théâtre politique, des bas fonds du théâtre indépendant au façonnage managérial et libéral d’un théâtre citoyen chez les grands de son monde… Et la critique et la créativité dans tout ça…

1968, le monstre sacré du théâtre et de la littérature Pier Paolo Pasolini balance un de ses pamphlets « Pour un nouveau théâtre »… intervention politique, éclatage de la culture bourgeoise et de l’entre soi théâtral, revendications des langues régionales contre le centralisme faciste de l’italien… Le théâtre sera politique, ou ne sera pas. Wallah.

Rencontre autour du livre Contre le théâtre politique

Alors, Contre le théâtre politique (La Fabrique 2019), pourquoi ? Livre au titre du coup doublement intriguant. Dépolitiser le théâtre ? Et Manifesten du même coup ? Non mais… Et puis Théâtre théâtre ? ou théâtre politique genre ces bouffons de politiciens ? Beaucoup de questions, auxquels ledit auteur, Olivier Neveux, viendra rappeler quelques évidences : à force de vouloir un théâtre politique, on a pas mal contribué à le neutraliser, par son conformisme, dans une danse de plus en plus polie et mollement « engagée », tout sauf agissante, et qui sévit désormais dans toutes les institutions de « l’industrie de l’art » où le théâtre doit former « les citoyens », au « vivre ensemble » et à tous ces poncifs du monde néo-libéral-managérial contemporain. Bref, du lourd et de l’impensé à penser ensemble autour des productions théâtrales, et culturelles…


Article publié le 06 Oct 2019 sur Mars-infos.org