Le Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP) dénonce depuis des semaines la future assurance-chômage, qui se résume en une régression des maigres droits que possédaient encore les allocataires. Nous dénonçons une économie de 3 milliards faite sur le dos des plus précaires, pendant que les plus riches de ce pays ne cessent de voir leur fortune grandir.

Encore de nouveaux exclus de l’assurance chômage

Ainsi, et parmi d’autres avanies, il faudra désormais avoir travaillé 6 mois pour bénéficier d’une allocation chômage : quand on sait que la durée moyenne d’un contrat de travail en France est désormais de deux mois, on devine le nombre de chômeurs qui seront ainsi sortis du système et envoyés au RSA voire à la rue purement et simplement.

Mais aujourd’hui, grâce à Pôle emploi qui est chargé de la mise en œuvre de ces nouvelles règles, nous apprenons que les chômeurs qui acceptent quelques heures de précarité pour satisfaire au système et à la pression incroyable qui s’exerce de partout sur ceux qui ne travailleraient pas, nous apprenons que pour recharger les droits dérisoires qui sont les nôtres, il ne suffira plus d’un contrat précaire d’1 mois mais de 6 mois d’emploi à temps complet.

Pour une refonte de l’assurance chômage juste et protectrice

Une telle manœuvre va encore exclure davantage de personnes de l’indemnisation, et donc du droit à la survie. Au moment où le gouvernement célébrait en grande pompe la 1e année de stratégie de lutte contre la pauvreté, la tactique apparaît dans toute son absurdité : pour faire baisser la pauvreté, on augmente le nombre de pauvres. Si c’était du Ionesco, ce serait de l’art ; comme c’est de la politique, c’est un crime.

Le MNCP exige donc le retrait de cette disposition. Comme il exige le retrait de l’ensemble de la réforme. Il exige d’être enfin reçu et que le gouvernement négocie, avec les partenaires sociaux et les organisations de chômeurs, une refonte de l’assurance-chômage véritablement juste et protectrice.

>> Voir ce communiqué sur le site du MNCP

Article publié le 24 septembre 2019


Article publié le 24 Sep 2019 sur Solidaires.org