Janvier 13, 2021
Par CNT
340 visites


Refusons les mesures autoritaires de l’État !
Exigeons un plan sanitaire et social d’urgence !

Manifestation Samedi 16 janvier 2021

• 10h30 à La Rotonde à Aix-en-Provence

• 14h au Vieux-Port à Marseille

Depuis le mois de mars 2020 a été instaurée « l’urgence sanitaire » suite à l’épidémie qui sévit et à ce jour aucune action à la hauteur des crises que nous vivons n’a été engagée par ce gouvernement !

• Aucun plan à moyen et long terme pour répondre aux manques de moyens humain et structurel dans les hôpitaux publics, mais encore et toujours la poursuite des politiques de restriction budgétaire.

• Aucun plan pour les emplois du secteur culturel, mais une mise à mort.

• Aucun plan pour permettre aux établissements scolaires et universitaires d’effectuer leurs missions dans des conditions optimum pour l’ensemble de notre jeunesse qui subit de plein fouet cette crise.

Par contre l’État dépense et finance sans compter les forces de police, armée et multiplie son arsenal de mesures autoritaires, liberticides et répressives qui conduisent à réduire au silence tout mouvement de contestation de la population (dans la rue, mais aussi dans les facs).

Nous dénonçons la volonté assumée de l’État de poursuivre et accentuer une politique uniquement orientée vers le profit, celle-là même qui nous a menés aux défis posés par les multiples crises (sanitaires, sociales, environnementales) que nous traversons.

Manifestons pour un réel plan sanitaire et social d’urgence, immédiat et d’avenir !

Exigeons la formation de personnel qualifié de tous les secteurs de la santé, des embauches avec des salaires décents, des moyens financiers et matériels immédiats (lits, matériel de protection etc.).

Exigeons la formation, l’embauche massive, la réquisition d’espaces éducatifs qui rendraient possible le dédoublement des classes et des effectifs ainsi que des moyens matériels et financiers.

Exigeons l’abandon de tout licenciement, alors que les grands patrons s’enrichissent d’autant plus pendant les crises.

Manifestons et faisons entendre notre refus de toutes les mesures répressives et autoritaires déployées par l’État !

Exigeons l’abandon des actions répressives, lois et projets de loi et financement des forces répressives et militaires, visant à bâillonner tout mouvement contestataire (loi dite de « sécurité globale », décrets de fichage, loi sur les séparatismes notamment).

Nous appelons d’ores et déjà à continuer et amplifier la lutte par tous les moyens possibles (AG, grèves, actions, manifestations, etc.). Nous savons toustes très bien qu’une ou quelques journées éparpillées ne suffiront pas à faire plier un gouvernement dont la corruption est le signe visible de l’interpénétration du capital et de l’État, et dont la politique de plus en plus répressive révèle le simulacre de sa « démocratie ».

Ensemble, entrons en lutte pour un autre futur, notre futur !

Lire et partager notre appel au format PDF

Communiqué de la coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale

Appel local :

Sécurité globale, violences policières, nouveau schéma du maintien de l’ordre.
Fichage des opinions politiques, des convictions religieuses, des appartenances syndicales et associatives, des troubles psychologiques.

REFUSONS CETTE POLITIQUE SÉCURITAIRE ET LES ATTEINTES AUX LIBERTÉS FONDAMENTALES.

MANIFESTONS LE SAMEDI 16 JANVIER

14h VIEUX PORT MARSEILLE

Alors que les sénateurs devront prochainement se prononcer sur le projet de loi « sécurité globale », partout en France de nouvelles manifestations seront organisées pour faire entendre notre désapprobation face à cette frénésie sécuritaire.

Alors que depuis des mois se font entendre dans le pays de justes revendications pour la justice et le progrès social, pour la réduction des inégalités et une autre répartition des richesses, pour l’accès aux droits économiques, sociaux, culturels et à leur effectivité, pour faire entendre l’exigence démocratique, le gouvernement, faute de répondre aux vraies questions sociales et politiques, n’envisage que l’affirmation de son autorité.

Nous refusons que la France soit le pays des violences policières, des atteintes à la liberté d’informer et de manifester, du contrôle de masse.

Nous resterons mobilisés jusqu’au retrait.

Premiers signataires : CGT 13 • SOLIDAIRES 13 • LDH Marseille • CRI Marseille • FSU 13 • UNL • CFDT 13 • CNT 13 • ATTAC Marseille

Lire sur Mille Bâbords




Source: Cnt-f.org