Novembre 21, 2021
Par Cerveaux Non Disponibles
255 visites


Traduction d’un article du site itsgoingdown.org

Un camarade des Pays-Bas a envoyé un rapport de première main sur les extraordinaires émeutes anti-police de la nuit dernière à Rotterdam, aux Pays-Bas, au cours desquelles la police néerlandaise a tiré dans la foule.

Certains “gauchistes” déconnectés de la réalité ont essayé de rejeter ces émeutes parce qu’elles coïncidaient avec une manifestation organisée par la droite contre de nouvelles restrictions gouvernementales. Cependant, un événement tel que le soulèvement des jeunes contre la police la nuit dernière ne peut être aussi simplement réduit – comme le montre clairement notre auteur.

Je ne sais pas par où commencer pour écrire sur ce sujet. D’une part, je suis submergé par l’émotion, je suis encore en train de traiter les choses dont j’ai été témoin la nuit dernière. D’autre part, j’essaie de donner un sens à ce qui s’est passé du point de vue de quelqu’un qui croit en la révolution sociale. Je ne pense pas pouvoir faire entrer ce dernier point dans ce texte court et chargé d’émotion, mais certaines choses doivent être dites à ce sujet maintenant. Ce qui s’est passé hier soir est bien plus que la supposée “émeute fasciste” que beaucoup considèrent comme telle.

La nuit dernière, une manifestation contre les mesures (renouvelées) contre le coronavirus a été organisée. Cette manifestation a été clairement initiée par des personnes qui devraient, pour la plupart, être qualifiées de fascistes. Ces manifestations attirent cependant une foule beaucoup plus diverse que les seuls fascistes, et le mécontentement s’élargit, surtout maintenant que l’État impose une répression de plus en plus stricte pour contrôler la propagation du virus.

Pendant tout ce temps, je n’avais pas vu un seul signe lié à la manifestation, pas entendu un seul slogan, pas vu une seule bannière. Il s’agissait d’une haine collective et généralisée de la police. On pouvait la goûter, la sentir et la ressentir à chaque coin de rue cette nuit-là.

Le potentiel de ce mouvement est en grande partie alimenté par l’approche totalement aléatoire et irresponsable du gouvernement néerlandais face à la crise de la pandémie. La frustration à l’égard des mesures contre la pandémie est croissante et diverse. Elle comprend des personnes qui pensent que la pandémie est sérieuse et qu’il faut y faire face, ainsi que des personnes qui croient aux mensonges du mouvement anti-vax et se laissent prendre à leurs réponses faciles. Il serait difficile de trouver des personnes qui soutiennent l’approche du gouvernement face à la pandémie : une politique qui consiste à laisser le virus se propager tant que les hôpitaux peuvent gérer l’arrivée de personnes dans les services de soins intensifs, au lieu de prévenir sa propagation et de se concentrer sur la vaccination et la mise à disposition d’installations de dépistage suffisantes.

Les cas d’infection atteignent un niveau record depuis que le gouvernement a décidé d’abandonner de manière aléatoire toutes les mesures de lutte contre la pandémie en septembre dernier. Même le strict minimum, comme le port d’un masque et le maintien d’une distance sociale, a été abandonné d’un jour à l’autre.

Des protestations contre la réponse du gouvernement ont eu lieu depuis le début de la pandémie et ont été dominées par les fascistes, ne nous y trompons pas. Mais ce serait une erreur de discréditer la tendance sociale plus large et croissante de la frustration envers le gouvernement néolibéral comme étant la même chose. Quiconque n’est pas furieux de ce qui se passe n’est pas suffisamment attentif. Les fascistes abusent de ces frustrations, et cela ne devrait surprendre personne, mais discréditer tous les participants en les qualifiant de “fascistes” est une approche facile qui empêche toute analyse sérieuse. Les événements d’hier étaient bien plus qu’une manifestation pandémique. Il s’agissait d’une révolte généralisée contre la police à laquelle se sont joints des masses de jeunes, des jeunes qui n’avaient pas grand-chose à voir avec les manifestations mais qui avaient toutes les raisons de saisir l’occasion et de riposter. Prétendre que les événements de la nuit dernière étaient “une émeute fasciste” est tout simplement un mensonge.

“Les révoltes ne peuvent être comprises que par ceux qui ont les mêmes besoins que les rebelles, c’est-à-dire par ceux qui ont le sentiment de faire partie de la révolte.” – Filippo Argenti

Au début de cette année, lorsque de nouvelles mesures gouvernementales ont été introduites, des émeutes ont éclaté dans le sud de la ville. Parallèlement aux manifestations anti-vaccins, les jeunes ont commencé à se révolter en réponse à ces mesures.

La nuit dernière, j’ai entendu dire qu’il y avait à nouveau des émeutes et j’ai décidé d’y jeter un coup d’œil, mais je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait. Lorsque je suis arrivé sur les lieux, je n’ai pas vu de policiers. Une camionnette de police se trouvait au milieu de la route, abandonnée et détruite. En continuant à marcher, j’ai vu une voiture de police en flammes au coin de la rue. Des masses de personnes s’étaient rassemblées et se trouvaient dans les rues. La plupart d’entre eux semblent n’avoir rien à voir avec la manifestation initiale ; la foule est principalement composée de jeunes qui traînent dans le centre-ville. Ici et là, de petits groupes de hooligans étaient actifs, manifestement plus organisés que la plupart des gens présents. Ce que je ne savais pas, c’est que la police avait déjà tiré des coups de feu.

J’étais déconcerté par cette situation apparemment calme ; il s’avère que la police s’était retirée juste avant mon arrivée. J’ai décidé de me promener un peu pour voir ce qui se passait en bas de la rue.

Lorsque je suis arrivé sur les lieux, je n’ai pas vu de policiers. Une camionnette de police se trouvait au milieu de la route, abandonnée et détruite. En continuant à marcher, j’ai vu une voiture de police en flammes au coin de la rue. Des masses de personnes s’étaient rassemblées et se trouvaient dans les rues. La plupart d’entre eux semblent n’avoir rien à voir avec la manifestation initiale ; la foule est principalement composée de jeunes qui traînent dans le centre-ville. Ici et là, de petits groupes de hooligans étaient actifs, manifestement plus organisés que la plupart des gens présents. Ce que je ne savais pas, c’est que la police avait déjà tiré des coups de feu.

J’étais déconcerté par cette situation apparemment calme ; il s’avère que la police s’était retirée juste avant mon arrivée. J’ai décidé de me promener un peu pour voir ce qui se passait en bas de la rue. Je ne pouvais pas dire si la plupart des gens étaient là en train de regarder ou de participer à quoi que ce soit, mais environ un millier de personnes étaient dans les rues de cette zone. Plus loin dans la rue, des barricades en feu avaient été érigées, principalement à l’aide des scooters électriques de location, superflus et nombreux.

Un groupe de flics anti-émeute est apparu depuis une rue latérale et a commencé à former une ligne devant la voiture de police en feu. Alors qu’ils tentaient de fermer la ligne, ils ont été attaqués par une grande partie de la foule avec des pierres, des feux d’artifice, des panneaux de signalisation, etc. Les policiers ont instantanément sorti leurs armes et ont commencé à tirer sur la foule. Malgré les fortes attaques provenant d’une direction, la police a tiré dans une autre direction sur une personne qui, d’après ce que j’ai pu voir, ne les attaquait pas du tout. Cette personne est tombée au sol après avoir été touchée par une balle et a finalement été traînée par les policiers anti-émeute une fois que de nombreuses personnes ont reculé, réalisant ce qui venait de se passer. Quelques minutes après mon arrivée, des dizaines de coups de feu ont été tirés, certains en l’air, d’autres dans la foule.

Après cela, les policiers, toujours en infériorité numérique, ont commencé à utiliser leurs fourgons anti-émeutes comme armes, roulant à grande vitesse, pourchassant tous ceux qui se trouvaient devant leur fourgon. Cela a donné lieu à une heure de poursuites au cours desquelles les policiers ont foncé dans la foule avec leurs fourgons. Les gens se sont battus contre eux avec ce qu’ils ont pu trouver. Les groupes se sont disséminés, mais la foule globale a semblé grandir elle aussi.

Les escarmouches avec les flics avaient lieu non seulement sur le long boulevard où tout a commencé, mais aussi dans les rues secondaires. Partout où je suis allé, des jeunes se tenaient debout, semblant ne rien faire, mais lorsque les policiers passaient, les jeunes les attaquaient encore et encore. Pendant tout ce temps, je n’avais pas vu un seul signe lié à la manifestation, pas entendu un seul slogan, pas vu une seule bannière. Il s’agissait d’une haine collective et généralisée envers la police. Quelque chose que l’on pouvait goûter, sentir et ressentir à chaque coin de rue cette nuit-là.

Rien n’a changé pendant une heure environ, alors que la police tentait de se regrouper et de rassembler des renforts. Une fois qu’ils se sont enfin rassemblés, ils ont attaqué avec des canons à eau et des centaines de flics anti-émeute, et les choses se sont transformées en une course-poursuite qui a duré toute la nuit et s’est étendue au centre ville. J’ai décidé d’en rester là, n’ayant pas encore tout à fait enregistré ce qui venait de se dérouler devant moi.

J’ai vu des manifestations, des émeutes et des combats de rue plus intenses que ce qui s’est passé hier soir. J’ai déjà vu des flics utiliser leur voiture comme arme. Mais tout cela se passait dans d’autres pays où les policiers réagissaient d’abord avec des gaz lacrymogènes, des canons à eau, des balles en caoutchouc, etc.

J’ai toujours pensé que si de telles émeutes se produisaient aux Pays-Bas, la police commencerait à tirer rapidement. Cependant, je n’aurais jamais prédit un tel niveau d’empressement à utiliser la violence mortelle. Je n’aurais jamais prédit l’ampleur avec laquelle elle a été utilisée hier soir, souvent sans discernement. Plus tard dans la nuit, le maire a déclaré sans ironie que “la permission d’utiliser des gaz lacrymogènes a été demandée. Elle a été accordée, mais pas nécessaire”. Et autant je suis bouleversé par ce qui s’est passé, autant je me sens naïf d’en être surpris.

De plus, je n’ai jamais été témoin d’une révolte aussi généralisée contre la police ici. La police de Rotterdam a construit un héritage de comportements violents et racistes et est ouvertement et publiquement soutenue par notre maire et une grande partie du conseil local. Comme nous avons dû endurer un gouvernement de plus en plus corrompu et éhonté, de plus en plus de gens se rendent compte que l’État ne se soucie pas d’eux. Ils réalisent que la police et toutes les autres institutions de l’État ne se battent que pour les plus privilégiés. Ils ne sont pas là pour nous, ils ne l’ont jamais été et ne le seront jamais.

Pour analyser plus avant ce qui s’est passé, nous devrions examiner les émeutes de Londres de 2011, les émeutes de Paris de 2005 et tous les autres soulèvements anti-police qui ont eu lieu dans cette partie du monde au cours de la dernière décennie.
Ces émeutes sont spontanées, chaotiques et destructrices et incarnent souvent certaines des tendances les plus toxiques que la vie moderne a créées. Les anarchistes ont tendance à romantiser “l’émeute” et à oublier sa laideur. Elle est laide, toujours, mais elle porte en elle quelque chose que nous devons embrasser, et si nous n’y travaillons pas activement en tant qu’anarchistes, nous ne pouvons pas prétendre nous battre aux côtés des moins privilégiés.

Je me souviens que nous nous sommes posés des questions sur nos positions concernant ces précédentes émeutes. Il est difficile de répondre à ces questions. Elles n’ont pas de réponse unique pour commencer. Mais, le plus important, c’est que ces questions nous obligent à réfléchir à notre propre position en tant qu’anarchistes, au lieu d’inventer des excuses pour expliquer que la situation ne nous concerne pas… parce qu’elle nous concerne.

Il manque encore un million de choses dans ce rapport mais je sens que le sujet a une urgence qui ne permet pas une longue période de réflexion avant de publier ce petit texte. Il est destiné à contrer le faux récit selon lequel il s’agirait d’une “émeute fasciste” et à nous faire réfléchir sur notre rapport aux révoltes en général. Le nombre de gauchistes autoproclamés qui ont applaudi les violences policières de la nuit dernière est répugnant et totalement hypocrite. Pendant qu’ils encourageaient la violence policière sur Internet, j’ai vu des jeunes, principalement des jeunes migrants qui sont harcelés par la police raciste tous les jours, se faire battre et tirer dessus. Ici, il ne devrait pas y avoir de discussion pour savoir de quel côté nous sommes.




Source: Cerveauxnondisponibles.net