Depuis le début du mouvement des gilets jaunes contre les mesures profondément anti-sociales, la répression s’abat de plus en plus férocement sur les manifestant.e.s, et le gouvernement continue de nier toute forme de violence policière, allant même jusqu’à récompenser d’une médaille les éborgneurs en uniforme. 

Dernier rempart entre les élites hors sol et la colère du peuple, les forces de l’ordre ont carte blanche et une totale impunité pour museler et réprimer la contestation. 

Chaque manifestation donne lieu à son lot d’arrestations, de blessures sévères et de mutilations. 

En 8 mois, on dénombre une femme décédée, 5 mains arrachées, une trentaine de personnes éborgnées, près de 3000 blessé.e.s et des centaines de peines de prison. 

La brutalité policière fait rage partout : lors de la fête de la musique à Nantes, suite à charge de police, 14 personnes ont été repêchées dans la Loire. Le corps de Steve, 24 ans, a été retrouvé dans le fleuve un mois plus tard. 

Ce « maintien de l’ordre à la française », est une spécificité hexagonale, tout comme l’utilisation décriée du lanceur de balle de défense et des grenades explosives, à l’origine de ces nombreuses blessures et mutilations. 

Malgré les mises en garde d’organismes internationaux, et les appels d’avocats et de familles des blessé..es, le gouvernement garde un cap ultra répressif. Et il semble que rien ne peut l’arrêter. 

Pourtant, n’oublions jamais ceci : Les responsables de ces pratiques de terreur ont un nom et une adresse.

Parmi eux, il y a bien sûr les donneurs d’ordres et des exécutants. Mais aussi les fournisseurs et sous-traitants du carnage. En France,  il existe une quinzaine d’entreprises produisant les armes et munitions achetées en masse par le ministère de l’intérieur et/ou vendues à d’autres États. 

 

La Bretagne n’est pas en reste et abrite la fameuse usine Nobel Sport dans le Finistère. Ainsi qu’une jeune start-up tenue par un ancien gendarme et un ingénieur : l’entreprise Redore SAS, située à Lanester dans le Morbihan.

Cette entreprise produit et vend depuis 2014 des LBD pour la police municipale et des munitions « made in Breizh » soi disant semi létales, ainsi que son expertise en matière de sécurité et de défense. 

Ce tract a pour vocation de faire connaître à tous et toutes l’existence de cette entreprise, et c’est aussi et surtout un appel à ne plus laisser en paix les marchands de morts. 

A bon entendeur, Redcore est située 165 Rue de la montagne du salut, 56600 LANESTER


Article publié le 11 Août 2019 sur Anars56.over-blog.org