Janvier 18, 2018
Par Paris Luttes
298 visites


Appel a témoin :

Ce mercredi 17 janvier 2018 à 23h50, Mairie de Montreuil, des agents de la RATP Contrôle ont malmené violemment une personne (probablement un réfugié). Interventions de personnes présentes = Amendes pour prise de vue.

Ce mercredi 17 janvier 2018 à 23h50, sept agents RATP sont présents devant les escalators de la sortie a Mairie de Montreuil. Quatre d’entre eux arrêtent un homme tandis que trois autres redirigent les voyageurs vers les autres sorties.

Les agents utilisent une technique d’immobilisation dangereuse et douloureuse sur l’homme à terre (allongé sur le ventre) avec beaucoup de force (clef de bras maintenue avec le genou). Ils étaient à 3 sur lui et un tenait les pieds ; peut être un qui tenait la tête. L’homme à terre semblait suffoquer et exprimait des râles à intervalles réguliers. J’ai crains la suffocation et je décide de rester et de surveiller.

J’essaie de filmer mais dans le stress je ne trouve pas le mode caméra. D’autres personnes sont présentes dont deux semblent filmer.

La scène dure une dizaine de minutes (3 ou 4 métros passent) avant que deux flics arrivent, rejoint par un troisième en surface qui prendra mon identité.

L’homme à terre semble aller mal : beaucoup de râles répétitif alternant avec des silences longs, une respiration très difficile, une bave abondante. A plusieurs reprises, avant l’arrivée des flics il a répété « Respiration..please ». Il avait des sursauts brusques de la tête et semblait souffrir beaucoup. A d’autres moments il avait les yeux dans le vide et semblait absent.

La menace de verbalisation et de plainte par les agents de la RATP a été immédiate et répétée. Ils ont appelé plusieurs fois pour avoir ces « renforts ». Manifestement ils étaient très gênés de notre présence. Lorsque les flics sont arrivé, l’un des agent m’a désigné à eux comme « quelqu’un qui rameute les gens », ce qui n’a même pas été le cas.

J’ai du montrer mon téléphone à un officier de police qui a pu constater que la seule prise de vue effectuée était une photo prise dans le stress et la précipitation sur laquelle aucun visage n’est visible. Cette photo a aussi été vue par une contrôleuse qui a pu constater la même chose. Pour autant, les agents RATP m’ont verbalisé pour….Prise de vue illégale. Je n’ai évidemment rien signé.

Les pompiers sont arrivés quand je me faisais verbaliser. Au vu du nombre de texte qui semble rappeler le droit de filmer la police, les agents de la Ratp et similaire en intervention, je sais que ce que j’ai voulu faire était non seulement légal mais aussi juste.

J’ai crée une adresse temporaire pour regrouper les témoignages : [email protected]




Source: