177 visites


Le groupe Graine d’anar est signataire de cet appel et vous invite à vous joindre au rassemblement.

Vendredi 27 août, nous étions environ 120 à Lyon pour apporter un premier soutien et demander l’évacuation des personnes souhaitant quitter l’Afghanistan, qui chaque jour, sont de plus en plus nombreuses à se regrouper à l’aéroport de Kaboul.

Malgré la violence extrême du régime Taliban et l’idéologie réactionnaire qu’il met en place, malgré l’attaque terroriste de l’aéroport de Kaboul qui tua plus d’une centaine de personnes le 26 août ; l’état français, considérant que l’évacuation de 2800 personnes est suffisante, a arrêté les rapatriements le 27 août.

C’est une ultime manifestation d’irrespect et de négation des droits de tout être humain, pour les personnes qui ont servi la France et l’UE, pour les personnes risquant leur vie du fait de leur métier, de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Aussi les témoignages, les appels à l’aide, affluent, nous laissant démuni-e-s et apeuré-e-s pour les Afghan-e-s et n’entraînent aucune réaction de la part du gouvernement français.

Dans le même temps, le nouveau régime en place à Kaboul multiplient les exécutions, les enlèvements, et déclarations violentes, menaçant les femmes, les minorités sexuelles et de genre, les artistes, les militant-e-s, les journalistes. Faisant preuve d’un immense courage et d’une détermination impressionnante, les femmes ont osé manifester à Kaboul et ont été violemment réprimés la semaine dernière.

Non, la France n’a pas pris « sa » part, ni elle, ni l’Union européenne.

Alors comme le 27 août, comme ailleurs en Europe, nous réclamons aujourd’hui :

  • un accueil inconditionnel des personnes demandant l’asile en France et en Europe.
  • que les personnes qui souhaitent fuir l’Afghanistan puissent le faire dans le pays de leur choix, dans des conditions d’accueil dignes et humaines : un accès au logement, à la santé, à la formation.
  • que toutes les personnes afghanes sur le territoire français et européen soient immédiatement régularisées, quelles que soient leurs situations administratives.
  • que cessent immédiatement les reconduites à la frontière.
  • que les ONG et les militant-e-s en Afghanistan soient soutenues, pas par des beaux discours mais par les moyens concrets d’une diplomatie au service des droits humains et non des intérêts économiques.
  • une réforme radicale des conditions d’accueil et d’asile en France, car les frontières tuent chaque jour.

Droit d’asile pour les afghan.es, droit d’asile pour toutes et tous !




Source: Grainedanar.org