Gérald Darmanin a été nommé ministre de l’intérieur. Cet homme, qui maintenant occupe un des postes les plus importants du gouvernement français, est accusé de viol. Il est aussi un homophobe assumé, membre de la manif pour tous.

Comme si ce n’était pas suffisant, Eric Dupond-Morretti, défenseur d’auteurs de viols et féminicides, aux propos nauséabonds renforçant la culture du viol et des violences patriarcales, est élu ministre de la justice.

Trois ans après #MEETOO, l’Etat français montre une nouvelle fois que le bien-être des femmes et victimes n’est pas une priorité. Nous avons besoin d’aide. Nous refusons fermement qu’un violeur et un complice représentent le peuple, notamment dans leurs postes, où ils ont pour mission : la directions des institutions policières et judiciaires.

QUEL MESSAGE ENVOIE LE GOUVERNEMENT AUX VICTIMES QUI HÉSITENT À PORTER PLAINTE ?

Ce remaniement n’est pas seulement un reflet du patriarcat institutionnel, mais montre également que la Justice ne s’applique pas de la même manière selon le rang social. Les lois et la constitution ne sont pas une menace pour ceux qui détiennent le pouvoir, qui peuvent commettre les pires crimes sans craindre de perdre leur privilèges.

Pour la liberté des victimes, pour la lutte des classes, nous nous battrons jusqu’à ce que cette décision soit révoquée.

APPEL AU SOUTIEN ET A LA MOBILISATION :

VENDREDI 10 JUILLET, TOUSTES AU TRIBUNAL de Marseille, à 18h.

La révolution sera féministe

#politicsaretrash


Article publié le 07 Juil 2020 sur Mars-infos.org