Avril 3, 2022
Par La Bogue
220 visites

Journée internationale de soutien à Libre Flot le 4 avril. A Limoges rendez-vous place d’Aine à 18 heures.

Communiqué des soutiens internationaux de Libre Flot :

Le 8 décembre 2020 un groupe de 7 personnes a été arrêté en France pour participation à une association de malfaiteurs en vue de commettre des actes terroristes. La majorité de ces personnes a été relâchée sans plus de charge qu’une instruction en cours pour « association de malfaiteurs », une charge utilisée pour aggraver les sanctions et outrepasser les droits humains.

L’un d’eux, Libre Flot, a été incarcéré de manière préventive, et placé en isolement depuis son arrestation le 8 décembre 2021. Il est à ce jour la dernière personne à être encore incarcérée. À travers cette affaire l’Etat français essaye de faire passer l’engagement de Flot dans la lutte libertaire contre l’état islamique pour un engagement comparable à celui des personnes qui rejoignent Daesh en Syrie.

Le 27 février dernier, face au rejet de sa demande de mise en liberté, Libre Flot a commencé une grève de la faim pour protester contre sa détention provisoire dans l’attente d’un procès qui n’arrive pas ; pour dénoncer cette association reprochée qui n’est autre que pure fabulation puisqu’elle est supposée exister entre des personnes qui ne se connaissent même pas ; ainsi que pour dénoncer la répression de l’Etat français envers les personnes qui ont combattu l’Etat islamique, traitées comme si elles avaient combattu aux côtés de Daesch ! Le 24 mars dernier, Libre Flot a été hospitalisé, après avoir perdu beaucoup de poids, et voyant son état de santé se dégrader. Le 4 avril 2022, ça fera bien plus d’un mois qu’il aura entamé cette grève de la faim.

Le 4 avril 2022, c’est aussi son anniversaire. C’est pourquoi nous avons choisi cette date pour appeler à une journée d’actions de solidarité ! On appelle tou.te camarade et même toute personne ayant un sens de la justice, à se mobiliser le 4 avril 2022 en se rassemblant devant les ambassades françaises, consulats ou institutions, ou en trouvant n’importe quel moyen de faire entendre notre objection à cette injustice flagrante et inhumaine.




Source: Labogue.info