FĂ©vrier 28, 2021
Par Marseille Infos Autonomes
191 visites


CommuniquĂ© de l’Association “soutien au 59 Saint Just” :

NOUS APPELONS A UN RASSEMBLEMENT LE MARDI 2 MARS Ă  10H devant la mairie pour soutenir les jeunes qui se mobilisent pour revendiquer leurs droits.

Depuis plusieurs semaines maintenant, les associations, collectifs, avocats-es, hĂ©bergeurs-euses solidaires, enseignants des classes UPE2A dans les lycĂ©es et collĂšges, travailleurs du secteur social et de la santĂ©, font le mĂȘme constat : Des dizaines d’adolescents autrement appelĂ©s MNA « mineurs non accompagnĂ©s Â» dorment dehors, et ce malgrĂ© l’hiver et la crise sanitaire. Les dĂ©lais de prise en charge prĂ©vus par la loi, mise Ă  l’abri et placements judiciaires se sont rallongĂ©s et ce malgrĂ© les nombreuses condamnations dont le dĂ©partement a fait l’objet.

Un ado doit attendre plus de trois mois avant d’ĂȘtre mis Ă  l’abri pour Ă©valuation par l’ADDAP 13 (A ce jour, 150 jeunes sont sur une liste d’attente). Le nombre d’OPP (Ordonnance provisoire de placement dĂ©cidĂ©es par les juges des enfants) non exĂ©cutĂ©es est en augmentation. D’autres, arrivĂ©s Ă  majoritĂ©, sont Ă©jectĂ©s du systĂšme de la protection de l’enfance donc de leur logement, sans solution et sans aucune prĂ©paration ni Ă  l’autonomie, ni sur un plan administratif. Ces jeunes se retrouvent livrĂ©s Ă  eux-mĂȘmes, et en proie Ă  tous les dangers inhĂ©rents Ă  la vie dans la rue.

Alors ils tentent de survivre, ils se regroupent le soir Ă  la Gare Saint Charles, certains dorment dans des squats, au mieux chez des familles solidaires ou encore sont hĂ©bergĂ©s par des ONG. Au temps du squat Saint Just, la plupart d’entre eux dormaient au chaud, Ă©taient nourris et surtout Ă©chappaient Ă  leur isolement grĂące aux habitants mais aussi Ă  la prĂ©sence quotidienne des militants solidaires.

Ce sont plus de 500 jeunes qui sont passĂ©s par Saint Just de dĂ©cembre 2018 Ă  juin 2020. 500 jeunes dont les pouvoirs publics n’ont pas eu Ă  s’occuper. Force est de constater que cela ne les a pas dĂ©rangĂ© puisqu’il a fallu des actions en justice pour les droits de ces jeunes soient respectĂ©s et qu’ils soient pris en charge.

Heureusement, Ă  Marseille, des militants-es et personnes qui refusent cette situation se sont regroupĂ©s en rĂ©seaux, associations et/ou collectifs pour tenter de pallier encore et toujours les carences du dĂ©partement, de l’État mais aussi de la Mairie qui a le pouvoir, on le rappelle, de rĂ©quisitionner des logements vides. Ces militants-es accompagnent les jeunes dans les dĂ©marches de scolarisation, de soins, dans leur situation administrative, les hĂ©bergent, leur donnent Ă  manger et surtout leur permettent de rompre avec leur situation d’isolement, qui Ă  cet Ăąge, rajoutĂ© aux traumatismes dus Ă  leur parcours migratoire peut avoir des consĂ©quences trĂšs graves sur un plan psychologique.

Du temps de Saint Just et bien avant d’ailleurs, l’incompĂ©tence et surtout l’absence de volontĂ© politique de la PrĂ©sidente du Conseil dĂ©partemental pour s’occuper correctement de ces enfants ont Ă©tĂ© maintes et maintes fois dĂ©noncĂ©es : des places en foyer financĂ©es toujours pas ouvertes, des Ă©valuations subjectives et Ă  charge contre les ados se dĂ©clarant mineurs, des dysfonctionnements au niveau de l’accompagnement Ă©ducatif pour les jeunes hĂ©bergĂ©s dans les hĂŽtels, le manque de prĂ©paration Ă  l’approche de la majoritĂ©, le manque de soin, etc, etc, la liste est top longue


ENCORE UNE FOIS, nous dĂ©nonçons cette politique qui consiste Ă  mettre de cĂŽtĂ© une partie des ados qui devraient comme les autres ĂȘtre protĂ©gĂ©s et accompagnĂ©s.

ENCORE UNE FOIS, nous alertons les marseillais-es sur la situation de grand danger dans laquelle certains se trouvent : rue, gare, squat, 


ENCORE UNE FOIS nous revendiquons le fait que les bĂ©nĂ©voles, solidaires et autres personnes rĂ©voltĂ©s par cette situation ne devraient pas pallier le manque de courage politique et l’inaction de certaines institutions tel que le Conseil dĂ©partemental des Bouches-du-RhĂŽne.

NOUS NE LAISSERONS PAS CES ENFANTS DEHORS et nous n’accepterons pas que le dĂ©partement et les institutions se dĂ©faussent sur nous !

[email protected]

contacts 0750012085-0688201716-0615012636




Source: Mars-infos.org