Avril 15, 2022
Par CRIC Grenoble
103 visites

Hier les familles « Oubliées du DALO (“Droit au logement opposable”) » ont manifesté devant le ministère du Logement à Paris. Alors qu’elles rejoignaient la chaussée comme prévu dans la déclaration de manifestation déposée en Préfecture, les forces de l’ordre sont intervenues brutalement. Elles ont violemment plaqué au sol Jean-Baptiste Eyraud, tout en gazant les familles qui ont ensuite été nassées plus d’une heure. Le porte parole du DAL a été emmené au commissariat d’Invalides où on lui a signifié sa garde à vue pour « rébellion ». Suite à l’intervention, plusieurs des manifestant-e-s sont blessés.

Cette arrestation violente lors d’une manifestation pacifique de femmes, d’hommes et d’enfants est une nouvelle attaque contre les mal logés et leurs soutiens. Les familles « Oublié-e-s du DALO » se relaient nuit et jour depuis plus d’un mois place de la Bastille pour demander l’application de la loi DALO, leur relogement ! Le ministère du Logement reste sourd à leur demande et ne répond que par la violence !

Nous dénonçons la répression et les violences qui touchent le DAL, son porte-parole Jean-Baptiste Eyraud et les familles mal-logé-e-s, sans logis, menacées d’expulsion,

Nous demandons la libération immédiate de Jean-Baptiste Eyraud ainsi que l’arrêt de toute poursuites à son encontre

Nous demandons le relogement des 220 familles « Oubliées du DALO » de la place Bastille.

Nous demandons l’application des lois DALO, de réquisition et d’hébergement inconditionnel des sans abris.

Suite à la violente répression subie hier par les familles du DAL à Paris, nous étions une quarantaine de personnes à nous rassembler ce midi devant la préfecture de Grenoble, suite à un appel du DAL lancée à toutes les villes, pour exprimer notre soutien à ces familles et dénoncer la repression envers les militant.es du DAL et les mal logé.es.

La DAL demande l’application de la loi DALO, bafouée aussi ici en Isère.

Après quelques prises de paroles, une délégation de 6 personnes s’est ensuite approchée de l’entrée de la préfecture afin de demander, calmement mais fermement, un nouveau rdv pour faire entendre ses demandes, mais elle s’est fait repoussée par une dizaine de flics qui se sont sentis “débordés”.








Plus d’infos : https://twitter.com/DAL_Isere





Source: Cric-grenoble.info