Après les témoignages de viols collectifs et d’agressions sexuelles qui ont eu lieu au collège Lamartine de Toulouse, syndicats, associations féministes, parents d’élèves se sont organisés pour dénoncer l’inaction de la hiérarchie, soutenir les victimes et construire une mobilisation afin que ces crimes ne deviennent de simples faits divers.

Suite au rassemblement du mercredi 13 novembre devant le rectorat, certaines de nos exigences ont été entendues : ouverture d’une enquête administrative, protection de la lanceuse d’alerte, changement d’établissement d’une collégienne victime.

Cependant, le rectorat n’a fait aucune proposition concrète concernant l’urgence de mettre en place un plan de formation auprès des personnels et des élèves à propos des questions d’égalité et des violences sexistes et sexuelles.

Il faut continuer à mettre la pression, nous ne pouvons pas nous satisfaire de ces arrangements locaux. Nous devons en finir avec la culture du viol et briser le silence au sein de l’Éducation nationale.

Retrouvons nous le 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes afin, au métro Jean Jaurès, afin de rendre visible ce combat et de s’organiser pour la suite.

Plus d’infos par ici


Article publié le 20 Nov 2019 sur Iaata.info