Rassemblement contre l’accaparement des terres agricoles par EDF

Sans présenter le moindre projet, sans la moindre transparence, EDF producteur d’électricité, veut s’ac­caparer plus de 1 300 hectares en France avec la complicité de la SAFER (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural). Autour de la centrale de Chinon, c’est 130 hectares qui sont menacés de changer de destination alors que la préservation des terres agri­coles n’a jamais été aussi pres­sante.

Non à l’accaparement des terres agricoles par EDF autour de la centrale de Chinon !

EDF pourrait s’approprier ces terres classées zone naturelle pour y construire soit des réac­teurs EPR nouvelle génération, soit installer une piscine pour re­froidir les crayons combustibles, soit entreposer des matières ra­dioactives…

Chaque année : 800 à 1 000 hec­tares de terres agricoles sont déjà artificialisés en Indre-et-Loire, équi­valent à la superficie de 15 à 20 fermes moyennes [1].

Alors que la SAFER, sous tutelle du Ministère de l’agriculture, a pour vocation la protection des terres et leur attribution aux agriculteurs, c’est tout le contraire qui se passe, avec en bonus, l’augmentation des prix de l’hectare de terre.

Tout citoyen·ne, association… du secteur est invité.e à exprimer son opposition à ce projet par l’enquête publique concernant ce PLUI ouverte depuis le 4 novembre jusqu’au 4 décembre [2].

Le nucléaire ne sauvera pas le climat

En utilisant le nucléaire, qu’il soit civil ou militaire, les risques encourus sont catastrophiques pour l’humanité (même le pape le dit). Les bombes passées (Hiroshima, Nagasaki), fu­tures ?, les centrales nucléaires en activité et d’autres explosées (Tchernobyl , Fukushima… ?).

La filière nucléaire : extrac­tion d’uranium, entretien et exploitation des centrales, gestion des déchets radioactifs (encore là pour 250 000 ans pour certains), démantèlements problé­matiques ; toutes ces opérations émettent non seulement du CO2 ou autres GES mais sont un casse-tête coûteux et dangereux.

Sortir du nucléaire Touraine milite pour que la consommation d’éner­gie soit revue à la baisse à tous les niveaux. Que les sommes astrono­miques investies dans la recherche et la construction du matériel civil ou militaire cessent pour être re­versées dans l’énergie renouve­lable. Ne plus produire de déchets, pouvoir contrôler ceux qui restent doit être une ligne de conduite sage et respectueuse pour les gé­nérations futures.

Sortir du nucléaire Touraine propose de se retrouver samedi 30 novembre à 11h sur la commune d’Avoine au carrefour de la rue du Carroi des Loges et de la rue du Bas-Néman.

Un départ covoiturage est organisé départ de Tours à 9h45 à partir de la place Loiseau d’Entraigues.


Article publié le 29 Nov 2019 sur Larotative.info