Billiers (56), ce dimanche 11 décembre, 11h00, avait lieu un rassemblement contre la xénophobie à l’appel du Collectif “J’ai mal à mon village“.

Cet appel est une réponse à :
– l’incendie criminel le 21 octobre dernier du centre Pep 56, local un temps pressenti pour l’accueil de migrant-e-s. L’enquête est d’ailleurs toujours en cours pour retrouver les auteurs.
– la manifestation d’extrême droite à Arzon (56) le 14 novembre, laquelle avait dégénéré, entraînant 4 interpellations de nationalistes xénophobes.

Sur la base d'”il n’y a pas d’étrangers sur Terre“, il s’agissait pour le collectif organisateur de réaffirmer la solidarité avec les migrant-e-s et les valeurs d’accueil. Près d’un demi millier de personnes ont répondu présentes. Une longue file de voitures conduisait au lieu du rassemblement, sous le regard scrutateur des forces de gendarmerie, une partie des véhicules faisant même l’objet de contrôles et de fouilles.

Arrivé-e-s sur place, on a sorti les drapeaux et pancartes “contre l’extrême droite, les idées et pratiques sécuritaires…” mais le collectif à l’origine de l’appel ne voulait pas de signes d’appartenance syndicale ou politique, pour refuser “toutes les frontières“. On a rangé le tout dans le coffre. On a rejoint le rassemblement, salué les connaissances et les ami-e-s.

Les prises de paroles associatives, Utopia 56 (soutien aux migrant-es de Calais), Resf (Réseau éducation sans frontières)… exprimaient les valeurs de Droits de “l’Homme”, revendiquaient l’application des règles de l’Onu, confirmaient les carences de l’État par rapport à ses engagements internationaux et “démocratiques”… La sono ayant lâché, c’est à la force des cordes vocales que sont clamés les discours d’entraide et de dénonciation.

Est venue ensuite l’heure de se désaltérer : vin chaud, jus de pommes, vin blanc étaient proposés. Une chorale a entonné quelques chants revendicatifs, poétiques et bien inspirés. Bref, un rassemblement bien organisé. On en a profité pour se balader ensuite sur cette côte magnifique, sans aucun regret d’avoir raté la messe (… comme chaque dimanche en fait ! ;-))

Que penser du refus des distinctions politiques ?

On comprend le rejet de la récupération politicienne, en ces temps de pré-élections où les partis cherchent à ferrer l’électeur ou l’électrice potentielle. Pour autant il faut être prudent avec l’apparent œcuménisme antifasciste.

L’autoritarisme, la xénophobie ou le nationalisme dont il est dit qu’ils caractérisent le fascisme ne sont pas l’apanage des courants politiques d’extrême droite. On les retrouve à des degrés divers, parfois très voisins, dans d’autres partis politiques, notamment quand ils sont au pouvoir, quand bien même ils s’en défendent… hypocritement.

De même, la gestion de la société de classes, via l’appareil d’État et l’idée de nation qui lui est accolée, est revendiquée de l’extrême droite à la gauche de gauche. En ce sens, le système démocratique actuel n’est pas un rempart au fascisme, il peut y conduire… ou non, selon l’intensité des luttes sociales et des capacités révolutionnaires des exploité-e-s et des “exclu-e-s”.

Nos projets de société sont différents, aux antipodes même, entre étatistes et autogestionnaires internationalistes, même si nous nous retrouvons dans certaines luttes.

Toujours est-il que les fachos pur jus savent qu’ils ne sauraient agir en toute impunité et que nous serons toujours plus nombreuses et nombreux à nous y opposer.

(Nous avons fait le choix de ne pas publier de photos du rassemblement pour éviter toute identification éventuelle de participant-e-s qui s’y opposeraient)

Selon Ouest-France : http://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/billiers-400-personnes-pour-combattre-la-xenophobie-4672964

Selon le Télégramme : http://www.letelegramme.fr/morbihan/billiers/billiers-des-citoyens-rassembles-en-soutien-aux-migrants-11-12-2016-11327049.php

Source: http://anars56.over-blog.org/2016/12/rassemblement-contre-la-xenophobie-a-billiers-56.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics -