À Bure, l’État veut enfouir les déchets les plus dangereux du système nucléaire français pour les cacher loin de nos yeux. Dans l’est de la France ou ailleurs, nous refusons cette politique de l’oubli. Nous ne voulons pas qu’il sacrifie des territoires entiers, polluant des sous-sols pour des centaines de milliers d’années. Nous refusons la banalisation de la vie contaminée. Nous n’acceptons pas que la menace de sa pollution perpétuelle soit occultée. Nous ne voulons pas du nucléaire.

Cette industrie, invisibilisée parce qu’insupportable, irradie des milliers de travailleur·euse·s dans le turbin des centrales, exproprie des Nigérien·ne·s et des Aborigènes pour faire place à des nouvelles mines d’uranium, pollue autour de chaque installation et, chaque décennie dans le monde, cause une catastrophe qui dépasse l’entendement.

Du Japon aux États-Unis en passant par le désert algérien, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui refusent cette technologie mortifère. À Bure, depuis 25 ans, la résistance s’organise. Cette détermination se heurte aujourd’hui à une répression qui a pris une tournure intolérable : une cinquantaine de procès, 28 interdictions de territoire, plusieurs peines de prison ferme et plusieurs centaines de mois avec sursis cumulés, la militarisation du territoire, l’interdiction d’accès au bois Lejuc suite à l’expulsion de ses occupant·e·s, la surveillance généralisée… Les opposant·e·s au projet d’enfouissement des déchets radioactifs sont épié·e·s, intimidé·e·s, placé·e·s sous contrôle judiciaire, perquisitionné·e·s, brutalisé·e·s, empêché·e·s de mener une vie quotidienne sereine.

Nous appelons à converger le week-end du 21 et 22 septembre 2019 en mixité choisie sans hommes cisgenres [1] pour affirmer de tous nos corps avec celles et ceux qui luttent à Bure et ailleurs, notre opposition au nucléaire et son monde.

Une mixité choisie que nous portons avec colère et détermination, face aux privilèges masculins qui perdurent : depuis trop longtemps, des hommes cisgenres décident, organisent, prennent la parole sans nous et à notre place — dans les milieux militants comme ailleurs. Nous aspirons à inventer des moments et des luttes créatives, amusantes, émancipatrices, tout en étant attentif·ve·s aux multiples rapports de domination qui nous traversent, cherchant à les dépasser et les combattre dans nos pratiques et nos lieux de vie.

Une mixité choisie que nous portons avec puissance et joie, avec en tête les 40 000 femmes [2] du camp de Greenham Common en Angleterre qui ont entouré en 1981 une base de missiles nucléaires, celles du Green Belt movement qui ont planté 51 millions d’arbres au Kenya depuis 1977, mais aussi les dizaines de milliers de militant·e·s féministes argentin·e·s qui ont envahi les rues en 2018 pour que leur droit à l’avortement soit reconnu, ou encore celles qui luttent pour la justice après que leur frère, leur fils ou leur neveu aient été assassinés par la police dans les quartiers populaires en France.

Parce que, sans que nous l’ayons décidé, les déchets nucléaires proviennent de l’électricité que nous consommons pour chauffer nos maisons, allumer nos lumières, téléphoner ou utiliser internet, nous nous révoltons contre le sacrifice des territoires ruraux. De nos liens avec les forêts défrichées, les sols troués, les sous-sols réduits à la condition de ressources, nous puisons la force et le désir de défendre les terres, l’air et l’eau qui font le vivant. Face à un horizon nucléaire présenté comme indépassable, nous affirmons le désir d’une existence affranchie de la démesure industrielle, d’une production pensée à l’échelle de nos vies, à partir de nos besoins et non de ceux de la croissance. Nous défendons la possibilité de décider collectivement ce que nous voulons produire et de trouver des manières de vivre qui se passent de sources d’énergie aliénantes.

PROGRAMME

VENDREDI

Début des arrivées en fin de journée

20h Performance

“Dans quel état d’urgence tu m’as mise” Werana Veranda

21h Film

Un héritage empoisonné, Isabelle Masson-Loodts

SAMEDI

9h-11h ATELIERS

Autogynéco

Autodéfense féministe

Déplacement collectif

Atelier Chorale

Actualités de Bure : point sur lutte et l’avancement du projet CIGEO

11h Point information pour la marche

12h Cantine

13h MARCHE BRUYANTE CONTRE LABOMINABLE

Ou bien

Ateliers enfants, travaux pratiques et films

20h Cantine

21h Théâtre Punctum Diaboli Compagnie Les oubliettes

Un spectacle clownesque sur la domination patriarcale. (Plus d’infos ici)

22h30 Concert de Tôle Froide puis

DJ et Surprise party

DIMANCHE

10h Discussion Retours et Vers le futur

/sur le week-end

/sur l’avenir radieux de la lutte à Bure

/sur les perspectives écolos et féministes

13h Brunch plénière

16h-18h ATELIERS (comme samedi)


Article publié le 11 Sep 2019 sur Paris-luttes.info