Le projet de loi de programmation de la recherche (LPR) a été adopté le 24 septembre à l’Assemblée à l’issue d’un examen superficiel et réalisé sous la pression du gouvernement [1]. L’examen du projet de loi par le Sénat démarre ce mardi 13 octobre.

[3Lire « Avant-projet de LPPR : une gigantesque machine à précariser et privatiser », 07/06/2020, disponible sous : https://universiteouverte.org/2020/06/07/avant-projet-de-lppr-une-gigantesque-machine-a-precariser-et-privatiser/. Les deux seules modestes avancées sont d’une part, mais seulement pour 2023, la mensualisation du paiement des enseignant·e·s vacataires (qui, pour l’heure, doivent généralement attendre la fin du semestre voire de l’année universitaire pour recevoir leur salaire), d’autre part l’introduction d’une durée minimale d’un an pour les contrats postdoctoraux (en présence d’un contrat d’une durée inférieure, l’essentiel du temps est de fait consacré à… préparer des candidatures pour un prochain contrat).


Article publié le 13 Oct 2020 sur Lenumerozero.info