353 visites


Aux yeux de Thiers et de sa majoritĂ©, le sang des gĂ©nĂ©raux qui a coulĂ© scelle la dĂ©claration de guerre. Cependant, pendant plusieurs jours, un certain nombre de personnalitĂ©s vont s’efforcer d’empĂȘcher le pire. Ces conciliateurs, au premier rang desquels se trouve le jeune maire de Montmartre, Clemenceau, qui est aussi dĂ©putĂ©, s’échinent, dans un va-et-vient entre le comitĂ© central Ă  Paris et le gouvernement Ă  Versailles, Ă  trouver un compromis. Clemenceau rĂ©clame pour Paris l’élection immĂ©diate d’un conseil municipal, qui Ă©viterait la proclamation d’une Commune rĂ©volutionnaire. Échec ! Intransigeance de part et d’autre.

Le comitĂ© central, en quĂȘte de lĂ©gitimitĂ©, prĂ©fĂšre organiser les Ă©lections d’une Commune. Elles ont lieu le 26 mars. Y participent 229 000 Ă©lecteurs sur 482 000 inscrits il y avait 328 000 votants le 8 fĂ©vrier : vu le grand nombre de Parisiens qui avaient quittĂ© la capitale, c’était un rĂ©sultat honorable. Quelques personnalitĂ©s appartenant au groupe des conciliateurs sont Ă©lues ; elles dĂ©missionneront vite, car la majoritĂ© des 90 siĂšges revient aux partisans du comitĂ© central. Le 28 mars, la Commune de Paris est proclamĂ©e dans l’enthousiasme sur la place de l’HĂŽtel-de-Ville.

Laure Godineau, historienne & maĂźtre de confĂ©rences Ă  l’UniversitĂ© Paris XIII

Dans les grandes villes oĂč les bastions ouvriers, les rĂ©publicains et les travailleurs s’insurgent contre les reprĂ©sentants de l’AssemblĂ©e Nationale, qui dĂ©clare la guerre au peuple de Paris. On constitue des bataillons rĂ©publicains de gardes nationaux, on forme des comitĂ©s rĂ©volutionnaires, mais les soulĂšvements ne parviennent pas Ă  se maintenir. Beaucoup rencontrent les mĂȘmes problĂšmes qu’à Paris.

Marc CĂ©sar, historien & maĂźtre de confĂ©rences Ă  l’UniversitĂ© Paris XII

Extraits de podestats de 2011 de raspou.team

https://audio.radioprimitive.fr/egr…

http://www.lechatnoir51.fr/2021/03/…

Let’s block ads! (Why?)




Source: Oclibertaire.lautre.net