DĂ©cembre 9, 2021
Par Paris Luttes
162 visites


Gains de fonction, nouveaux OGM… ou le bidouillage du vivant



HervĂ© Le Meur, de l’association OGM dangers, nous explique par quels moyens techno-scientifiques — « passages en sĂ©rie Â» et surtout nouvelles techniques de manipulation gĂ©nĂ©tique (doigts de zinc, TALEN, CRISPR) — on peut dĂ©sormais obtenir des « gains de fonction (GoF) Â», autrement dit transformer les caractĂ©ristiques de virus ou de bactĂ©ries pour les rendre moins ou… plus virulents. Et pourquoi, par recoupement, l’on a quelques raisons de penser que le Covid-19 pourrait bien ĂȘtre nĂ© des bidouillages gĂ©nĂ©tiques du laboratoire P4 de Wuhan. Ces mĂȘmes techniques peuvent aussi s’appliquer aux cellules vĂ©gĂ©tales, et permettent dĂ©sormais d’engendrer un plante entiĂšre. D’oĂč l’appellation de « nouveaux OGM Â» pour dĂ©signer ces vĂ©gĂ©taux sortis des laboratoires, et qu’il s’agit actuellement d’empĂȘcher la Commission europĂ©enne d’exclure de la lĂ©gislation restrictive sur les OGM (voir l’action proposĂ©e sur http://www.ogmdangers.org/).

Mais qui sont les forces qui poussent au dĂ©veloppement de ce genre de techniques ? Les militaires pour disposer de nouvelles armes ? Peut-ĂȘtre. Certains industriels Ă  la recherche de nouveaux profits ? Oui bien sĂ»r. Mais aussi les scientifiques qui y travaillent, et dĂ©veloppent par lĂ  une vision mĂ©caniste du vivant. Ce qui, avec la concurrence dans laquelle la recherche est engagĂ©e au niveau international, pousse Ă  Ă©viter toute rĂ©flexion Ă©thique et politique sur leur action. Physique atomique et biologie sont deux sciences qui ont en commun d’avoir des productions duales : leur caractĂšre nĂ©faste est indissociable du gain recherchĂ©. Et c’est l’État qui, dans les deux cas, choisit d’imposer leurs dĂ©veloppements Ă  une population exclue de tout pouvoir de dĂ©cision. Donc : arrĂȘt du nuclĂ©aire, arrĂȘt de toute manipulation du vivant !




Source: Paris-luttes.info