À Brétignolles-sur-Mer, sur la côté vendéenne, des zadistes s’opposent à la destruction d’une dune et à la construction d’un port de plaisance. Rencontre avec l’un d’eux.

Le « roi de la véranda » veut son port de plaisance. Christophe Chabot, patron du fabricant de vérandas Akena et maire de Brétignolles-sur-Mer, travaille depuis 2001 sur un projet titanesque : faire exploser une dune et creuser sur la roche primaire pour réaliser une marina de 915 anneaux.

Depuis 19 ans qu’il est élu, il assure à qui veut l’entendre que le tourisme nautique assurera l’attractivité de cette commune de la côte vendéenne. Contesté depuis ses prémisses pour des raisons nautiques, techniques et environnementales, le projet a finalement été autorisé en 2019 par le préfet de la Vendée, Benoît Brocart. Des engins de chantier ont vite été envoyés pour entamer les travaux, malgré les recours juridiques encore en cours d’instruction.

Après une manifestation qui a réuni 2500 personnes début octobre 2019, certain·es des manifestant·es ont décidé de s’installer sur le site pour s’opposer physiquement à l’avancée des travaux. Ainsi est née la « ZAD de la Dune », village autoconstruit de cabanes situé sur un terrain privé voue à l’expropriation. Aux opposant·es historiques de La Vigie, une association qui agit surtout sur le plan juridique, se sont donc ajouté·es quelques dizaines de zadistes, venu·es des alentours et d’un peu plus loin. Ils et elles se sont baptisées les gardiens de la dune. Rencontre avec l’un d’eux, marin professionnel, qui nous explique les limites critiques du projet de port.

Reportage diffusé dans le Canut infos du vendredi 3 janvier 2020.

Plus d’informations sur la ZAD de la Dune : https://zaddeladune.wordpress.com/


Article publié le 06 Jan 2020 sur Rebellyon.info